Pensionnat Yoru


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ..: Besoin d'air, rapidement :.. [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
James E. Wilson

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 06/09/2010

MessageSujet: ..: Besoin d'air, rapidement :.. [Terminé]   Mar 7 Sep - 21:35

J'essayais de me faire à cet endroit, à ces couloirs, ces têtes qui couraient par tout avec joie... Mon appartement était toujours désespérément vide. Un tas de carton était empilé juste à côté de la porte d'entrée, tout était formidablement scotché pour tenir jusqu'à l'an 3000 s'il le fallait. J'espérai ne pas vivre assez longtemps pour voir ça. Je dormais par terre, alors que j'avais tout pour me faire un lit, je devais avoir besoin de ça ou alors je devenais complètement dingue... Je pense que les deux solutions étaient acceptables et au final, mon esprit penche plus pour la seconde. Pour le moment personne ne cohabitait avec moi. C'était une bonne chose pour cette hypothétique personne, car vivre avec moi ne serait sûrement pas de tout repos, et dans le même temps, cela ne m'aidait pas à me changer les idées. Fichues idées... À y repenser je me demandais combien de fois j'avais martyrisé mon mur en leur donnant un coup de poing, ma main gauche s'étant dernièrement raidi, je me disais que ça devait faire une bonne dizaine de fois. Amusant, moi qui n'avait jamais été violent, je commençais à le devenir. Quel idiot je faisais. Heureusement je n'avais rien abimé pour le moment, sinon mon propriétaire ne serait pas très content. Enfin, après tout je payais assez cher de loyer pour pouvoir disposer de mon appartement comme je le souhaitais.
Toujours est-il que là, je me trouvais à arpenter les couloirs pour me repérer dans ce dédale. J'allais bientôt devoir donner des cours alors il valait mieux que je sache où se trouvaient les salles... Oui, je commençais à accepter cette idée, l'idée de réaliser le rêve d'une vie sans celle qui était ma moitié et qui me manque maintenant... C'était comme si on m'avait arraché mes jambes ou mes bras et que mes nerfs me faisaient encore ressentir la douleur de l'absence... Pour moi la douleur n'était pas physique mais morale, mes illusions m'agressent de plus en plus au fil des jours. Amélie est là, je ne connaîtrais pas mon pouvoir que j'aurais cru que je pouvais parler aux morts. Enfin, alors que j'essayais d'ignorer Amélie morte, Amélie en sang et Amélie heureuse et que je me focalisais sur mon pouvoir pour ne pas que toutes ces illusions puissent être vues par d'autres personnes...
Finalement, je n'arrivais pas à les ignorer, évidemment, j'étais bien trop faible et je le savais. Je respirais fortement avant de réellement me concentrer et de faire disparaître toutes ces Amélie qui n'étaient qu'une pâle représentation de mon esprit sadique.
J'avais besoin d'air, je commençai à gravir tous les escaliers que je voyais sans me soucier de la direction que je prenais, jusqu'à ce que je vois, sur une porte du dernier étage : « Accès interdit ».
Curiosité et besoin d'être seul, j'ouvris la porte sans réfléchir et me retrouvais à l'extérieur. Superbe, c'était superbe... Le toit de ce pensionnat était donc accessible. Je n'avais peut-être pas le droit de me trouver ici mais à vrai dire, je m'en fichais royalement. De ce toit, je pouvais admirer le parc et les terrains qui servaient au sport. Je me surpris à sourire, avant de me baisser et d'ouvrir l'étui de mon violon. Un menuet de Bach vint emplir l'horizon sonore. J'en avais besoin et mon instrument me l'offrait. Je m'assis sur un rebord, je n'avais pas le vertige et encore moins le peur du vide, bien au contraire. Il m'était agréable à présent de vivre dans le danger et de jouer avec tout cela.
Lentement, je fermais les yeux tout en jouant, une vraie symphonie se formait dans mon esprit, je souriais, je pleurais, je vivais. Mais en avais-je seulement envie ?
Je reposais mon violon et refermais l'étui avant de le laisser au sol. Je me penchais au-dessus du rebord et laissais mon esprit aller mon esprit au gré de pensées obscures. Une chute. Une simple chute pourrait-elle avoir des conséquences dramatiques ? La vie était si fragile, sûrement tout autant que mon esprit. Et pourtant, je ne pouvais m'empêcher de regarder en bas, ce sol si lointain et en même temps si proche qui m'attirait. Seulement, il fallait que je pense à autre chose... Je m'assis lentement par terre, dos au mur et je fermais les yeux. En quelques secondes, le toit s'était transformé en un champ de fleurs... C'était une des illusions préférées de mon Amélie... Je souris, avant de tendre la main pour attraper une fleur et la sentir. Mes illusions étaient parfaites, tout était reproduit, la vue, le toucher, l'ouïe et l'odorat... Je me sentais tellement bien dans cet environnement, que je finis par fermer les yeux, dans cette magnifique illusion qui parvenait à couvrir légèrement ma dépression.



Dernière édition par James E. Wilson le Sam 11 Sep - 12:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: ..: Besoin d'air, rapidement :.. [Terminé]   Mer 8 Sep - 12:30

Il savait que le règlement lui interdisait de monter sur le toit mais il en avait besoin avant de rejoindre Naho. Cette histoire de voyageur dans le temps l’avait tout de même retourné. C’était un comble tout de même. Rien ne lui revenait de mes parents. Il en avait marre. Marre de ne rien savoir, marre de la douleur qui étreignait son cœur. Il avait envie de le voir mais il savait qu’il était entrain de s’entrainer et, pour le moment, le noiraud avait eu ma dose d’exercice.
Il se décida a appeler Shinji, son premier père pour lui poser la question. Il me répondit agacé qu’il ne connaissait rien a propos de mes vrais parents, il le remercia avant de raccrocher. Puis il composa le numéro et Ren, son second père qui lui répondit qu’il avait vaguement entendu parler d’un homme incroyable qui faisait des voyages dans le temps. Le doc dans retour vers le futur. Eichi lui lança un petit rire ironique et raccrocha avant de soupirer. Il était dans la petite salle juste sous le toit. Il s’assit par terre quelques secondes avant d’entendre une mélodie. Douce et simple, elle était quand même assez joyeuse et semblait raconter une histoire. Il se laissa imprégner et posa sa tête contre le mur de brique brut. Ses soucis s’envolèrent. Ou du moins ils se dissimulèrent derrière la beauté de la musique. Eichi ferma les yeux quelques instant et s’imagina dans un champ de pâquerette à déjeuner dans l’herbe avec Gojyô. Il rouvrit les yeux d’un coup et secoua la tête

« Qu’est ce que c’est que ces stupides pensées fleur bleu, Ei. On se reprend mon grand. » se sermonna-t-il mentalement.

La musique cessa et il décida de monter voir qui jouait. Le noiraud tomba sur une scène qui lui fit un peu peur. Un homme qu’il ne put identifier se tenait pencher au dessus du vide. Il soupira de soulagement lorsqu’il le vit de reculer et s’assoir contre le mur. Il ferma les yeux quelques secondes le temps de laisser son cœur se calmer et quand il les rouvrit il se retrouva au beau milieu d’un champ de fleur. Il cligna des yeux et se les frottas plusieurs fois avant de comprendre ce qui se passait : La personne qui était la devait par un quelquonque moyen être en mesure de fabriquer des illusions et c’est lui qui l’avait fait. Il s’avança un peu à travers les fleurs et s’arrêta à quelque mètre de l’homme qui avait maintenant les yeux fermés. Il était assez beau et, Eichi ne pu bien le détailler car il était assis, mais il avait l’air assez grand. Ses cheveux bruns ni trop long ni trop court contrastaient fortement avec son visage si pâle. Il portait un pantalon noir et une chemise assortie. Il se mordit la lèvre pour savoir s’il devait parler ou pas. Il le dérangerait surement mais Eichi ne pu s’empêcher de lui adresser la parole. Pour cela, il s’assit discrètement face à lui et prit la parole.

« Si je vous laisse seul vous n’allez pas sauter hein ? » demanda-t-il d’un ton enfantin qu’il aimait utiliser dans ce genre de situation.
Revenir en haut Aller en bas
James E. Wilson

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 06/09/2010

MessageSujet: Re: ..: Besoin d'air, rapidement :.. [Terminé]   Mer 8 Sep - 17:19

Cette odeur m'apaisait, je me sentais un peu mieux à présent, alors peut-être devrais-je songer à me trouver une habitation à la campagne et à laisser mon appartement... Seulement je me trouvais déjà assez loin du pensionnat, à mon avis si je m'en écartais encore, je n'irais pas souvent dans cet établissement... Je soupirais, inutile de me voiler la face, je savais qu'il me fallait un peu de pression pour venir ici. Enfin, il fallait que je profite de ce court laps de temps de repos, pour une fois que j'arrivais à me détendre. Seulement, cela ne dura pas, malgré que je commence à m'endormir je pouvais percevoir que je n'étais pas seul, quelqu'un venait perturber mon illusion et je le sentais. Je décidais de ne pas agir avant de savoir ce qui allait se passer... Les champs de fleurs se courbaient au passage de l'inconnu, je le sentis s'asseoir en face de moi, mais je n'ouvrais pas les yeux, j'avais besoin de me protéger, j'avais peur que ce soit encore une illusion, encore une nouvelle Amélie, dans une belle robe blanche, qui cueillerait des fleurs pour décorer son appartement.

« Si je vous laisse seul vous n’allez pas sauter hein ? » 

Ce n'était pas elle... Cela me soulagea presque, cependant c'était une voix d'adolescent et tout devenait un problème... Depuis combien de temps était-il là ? Qu'avait-il vu ? Quelles étaient ses intentions ? J'ouvris les yeux et fit disparaître l'illusion au même moment. Tout redevint béton, sauf la fleur que je tenais encore en main. J'observais mon interlocuteur avec un air méfiant, je ne savais pas quoi répondre à sa question, j'avais plutôt envie de lui faire peur et qu'il déguerpisse en vitesse à vrai dire. Seulement, à y bien regarder, sa voix plutôt enfantine ne correspondait pas avec son physique, il devait être plus âgé que ce qu'il avait bien voulu me faire croire, en plus à tous les coups il était plus grand que moi... Je n'aimais pas cela, ça m'enlevait de l'autorité et de la confiance. Je lui adressai néanmoins un léger sourire, il valait sûrement mieux que je réponde à sa question si je ne voulais pas qu'il aille dire à qui voulait bien l'entendre que quelqu'un allait sauter du toit, je n'avais guère besoin de ce genre de publicité qui n'allait m'apporter que des problèmes. Je soupirais doucement, las, avant de répondre distinctement.

« Je vous rassure, je ne compte pas sauter. Cela embêterait fortement les quelques dernières personnes qui m'apprécient. »

Mon sourire venait de disparaître pour laisser place à ma tête d'insomniaque déprimé. Cet adolescent n'avait pas l'air très surpris parce qu'il venait de voir, mais il valait sûrement mieux préserver le secret jusqu'au bout. Après tout, je ne risquais grand chose, il pourrait dire que le nouveau professeur d'anglais est un peu idiot, mais c'était tout et je me souciais vraiment peu de ma réputation. Je respirais une dernière fois dans ma jolie fleur éphémère, avant de la faire disparaître.

« Je vous prierai d'oublier ce que vous venez de voir et par ailleurs, j'aimerais savoir ce que vous faites ici alors que l'accès au toit est interdit. »

Pas de présentations, seulement quelques politesses et une voix neutre. Je me protégeais, je me doutais que moi non plus n'avait pas d'autorisation spéciale pour me trouver ici, mais avec un peu de chance cet adolescent n'était qu'un élève de ce pensionnat et risquait une plus grande sanction que moi... Enfin... Je ne comptais pas faire la police ici, on pourrait sûrement s'arranger, un secret contre un autre... Je souris à cette idée, j'étais vraiment un escroc dès qu'il s'agissait de protection... Avais-je été comme cela depuis toujours ? Ou était-ce simplement mon esprit qui devenait ainsi ? Je n'en avais rien à faire, je savais que j'avais changé, mon père avait été le premier à me le faire remarquer et je n'avais pu que confirmer ses dires. J'étais passé d'être agréable à vivre à sombre petite chose malade... Autant vous dire que je commençais à ne plus me supporter...
J'avais envie de me mettre à nouveau à l'aise, mais je ne le pouvais pas sans savoir si mon interlocuteur possédait lui-même un don ou pas. Je me redressais lentement, collant un peu plus mon dos au mur pour ne pas paraître complètement avachi et observait le jeune homme assis devant moi, imaginant qui il pouvait être et quel pourrait être son don s'il en avait un...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: ..: Besoin d'air, rapidement :.. [Terminé]   Mer 8 Sep - 18:42

Il ouvrit alors les yeux et l’illusion disparue. Donc elle était bien de lui. Un me toisa d’un air méfiant.

« Mouais, je me doutais bien qu’il ne serait pas enchanté. Manquerais plus que ce soit un prof ou un surveillant… J’aurais l’air malin moi tiens… » pensa le noiraud.

Il poussa un soupire avant de lui envoyer sa phrase en plein poire.

« Je vous rassure, je ne compte pas sauter. Cela embêterait fortement les quelques dernières personnes qui m'apprécient. »

Ah bah ca c’était une bonne nouvelle. Au moins il ne se retrouverait pas a arrêter le temps pour jour au héro. Le sourire apaisé qu’il avait plutôt s’évanoui et un visage fatigué apparu.

« Je vous prierai d'oublier ce que vous venez de voir et par ailleurs, j'aimerais savoir ce que vous faites ici alors que l'accès au toit est interdit. »
« Ouh le vilain ton froid. » pensa Eichi en frissonnant. « Mais oublier? Ca non, ca ne va pas être possible honey désolé. »

Il ne s’était pas présenter. Et Eichi était du genre persévérant. Hors de question de sortir d’ici sans qu’il connaisse un peu mieux ce musicien hors paire.

« Je n’ai pas d’autorisation. »

Il décida de jouer l’innocence

« Pourquoi ? Le toit est interdit d’accès ? » demanda-t-il en clignant des yeux.

Il se redressa a l’aide de ses deux mains et recommença a observer Eichi

« Je vais vous dire franchement. Je me fiche que vous soyez un prof ou un surveillant ou non. Puisque nous sommes la, parlons. Je m’appelle Toruyama Eichi, j’ai 19 ans et je suis élève en classe spéciale. Et vous ? »
« J’ai l’impression d’avoir fait une groooosse bêtise… non ? » songea Eichi gêné.
Revenir en haut Aller en bas
James E. Wilson

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 06/09/2010

MessageSujet: Re: ..: Besoin d'air, rapidement :.. [Terminé]   Mer 8 Sep - 20:10

Évidemment, j'avais eu raison de me méfier de cet inconnu, il allait me mettre dans le pétrin. Simplement, il déclara qu'il n'avait pas d'autorisation et jusque là, je devais dire que moi non plus je ne disposais d'aucune autorisation, aucun papier pour justifier ma présence ici... Je soupirais alors que le jeune homme me fixait comme si ce que je venais de dire était un fait incroyable.

« Bien sûr que c'est interdit. Si vous avez des problèmes de vue il faudrait consulter un ophtalmologiste car il y a une belle et grande affiche sur la seule porte qui donne accès à cet endroit. »

Je me redressais puis croisait les bras sur ma poitrine. Position de défense, c'était d'un banal... Seulement ce jeune homme n'en avait pas fini avec moi, apparemment il avait même décidé de me parler avec franchise, ça c'était tout à son honneur. Je souris discrètement en essayant de retenir les informations qu'il venait de me dire. Bon. Ce n'était pas tout cela mais puisqu'il venait de se présenter, la moindre des politesse était d'en faire autant.

« Je me nomme James Wilson, professeur d'anglais de mon état. »

Je fis une courte pause, devais-je continuer pour quelqu'un de son genre ? Un élève de classe spéciale était quelqu'un doté d'un don, peu importe lequel. Nous étions donc semblables lui et moi, et maintenant qu'il avait vu de quoi j'étais capable... Je me grattais lentement la tête avant de continuer mon humble discours.

« J'enseignerai aussi une matière spéciale, je suis un illusionniste comme vous l'avez sûrement remarqué. »

Je ne comptais pas le punir, ni quoique ce soit d'autre. Je n'avais aucune envie de me justifier sur ce que je faisais sur le toit, après tout, je n'avais sûrement pas plus le droit que ce jeune homme d'être ici... Je décidai donc de ne plus mentionner ce détail, même s'il valait mieux ne pas traîner en cet endroit. Enfin. J'avais besoin de détente, et puisqu'il était là, Eichi allait pouvoir en profiter. Je me concentrais, et en quelques secondes, mon illusion revint. J'ajoutais de la place pour que le garçon ne se retrouve pas au milieu de fleurs, je les déplaçais donc, elles formaient un cercle tout autour de nous. J'adorais les fleurs des champs. Je ne connaissais pas leurs noms, seulement leurs formes, leurs couleurs et leurs parfums. C'était le principal pour que mon illusion soit parfaite. Enfin, je l'espérais parfaite, je n'avais pas le temps ni l'envie de vérifier sa qualité.
Je regardais mon interlocuteur, il semblait attendre quelque chose... Je sortis mon paquet de cigarette de ma poche, puis un de mes précieux cylindres avant de l'allumer dans ma bouche. Je couvrais l'odeur pestilentielle de la fumée par une illusion, continuant d'accentuer le parfum des jolies fleurs.


« Ne t'en fais pas, je ne préviendrai personne. Après tout, je ne sais même pas si moi j'ai le droite me trouver ici alors... Dans le doute je préfère ne rien dire. »

C'était vrai, je me voyais mal le dénoncer pour me faire reprendre ensuite et devoir me justifier... J'aurais encore l'air d'un idiot et je devais avouer ne pas aimer ce qualificatif lorsqu'il concernait ma propre personne.

« Soit dit en passant, je préférais ne pas vous recroiser dans un tel endroit, il reste tout de même assez dangereux et ce, pour n'importe qui. »

Je repensais alors à la vision de ce sol si proche et secouais la tête sans traîner pour m'enlever ces sombres pensées. Je tentais de sourire à ce garçon mais au moment où je levais la tête, il n'était plus seul. Amélie avait pris place à ses côtés. J'ouvris de grands yeux sans le faire exprès puis détourna le regard sans tarder. Évidemment, il n'y avait encore que moi pour la voir, et dans ce cas-là comment m'expliquer ? Alors je posa à nouveau mon regard sur Eichi.

« Je m'excuse, être illusionniste apporte certains désagrément et voici la seule chose qui fasse disparaître mes mauvaises illusions. »

Je pris mon violon, puis commençai à jouer lentement, une musique douce et joyeuse à nouveau, une valse précisément que j'avais moi-même composée et qui s'accordait magnifiquement avec ce paysage. Si cette musique ne plaisait pas à mon interlocuteur, il s'en irait probablement, mais moi j'en avais réellement le besoin, pour me reposer et éviter de me concentrer sur Amélie... Je devais arrêter tout cela... Juste le champ de fleurs, ce garçon, mon violon, et moi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: ..: Besoin d'air, rapidement :.. [Terminé]   Jeu 9 Sep - 15:57

Il soupira. Eichi se doutait que son comportement qu’il calcifiait de « gamin » pourrait le mettre en difficulté mais il savait très bien reprendre un comportement adulte lorsqu’il le fallait. Et pour le moment ce n’était pas nécessaire.

« Bien sûr que c'est interdit. Si vous avez des problèmes de vue il faudrait consulter un ophtalmologiste car il y a une belle et grande affiche sur la seule porte qui donne accès à cet endroit. »

Eichi le regarda étonné, il n’avait pas compris que le noiraud blaguais ce qui arracha un sourire a ce dernier. Il se redressa encore et croisa ses bras sur sa poitrine.

« Hé, je ne vais pas te manger mon grand… » pensa Eichi.

Il esquissa un petit sourire avant d’informer le plus jeune qu’il était James Wilson, son professeur d’Anglais. Oui, parce qu’évidement il n’aurait pas pu être le prof de philo qu’Eichi n’avait pas, ou celui de sport ou il n’irait jamais. Non évidement, il fallait qu’il tombe sur le professeur de la matière qu’il préférait, après le français, et qu’il avait en option. Le noiraud soupira. Puis, il s’arrêta de parler quelques secondes. Il se gratta ensuite la tête avant de reprendre en lui expliquant qu’il enseignait aussi une matière spéciale. Ce qui n’avait d’ailleurs pas étonné l’élève.
Le professeur recommença son illusion de façon à ce que le plus jeune ne soit pas gêné par les fleurs. Eichi était en admiration. Tout était identique : la forme, l’odeur, les couleurs. Il pouvait même les toucher. Eichi reporta son attention sur le brun qui sortait une cigarette avant de l’allumer. Il soupira. Pourquoi fallait-il que tout le monde fume de ce bahut. D’abord Gojyô puis Naho et maintenant lui. Mais cette fois c’était différent. L’odeur pestilentiel du tabac n’arriva pas jusqu’au nez du non-fumeur.

« Ne t'en fais pas, je ne préviendrai personne. Après tout, je ne sais même pas si moi j'ai le droite me trouver ici alors... Dans le doute je préfère ne rien dire. »

Eichi n’osa pas l’informer que les professeurs étaient autorisé. Que le panneau ne parlait que des élèves. Il lui dit qu’il préférerait ne plus le revoir par ici. Dommage pour lui, Eichi se sentait bien sur ce toit et il adorait les hauteurs. Il leva les yeux au ciel un instant le temps de s’assurer que sa précédente rencontre n’était pas la puis il reporta son attention sur son hôte qui avait écarquillé les yeux.

« Et merde, qu’est ce que j’ai encore fait… » pensa-t-il anxieux.
« Je m'excuse, être illusionniste apporte certains désagrément et voici la seule chose qui fasse disparaître mes mauvaises illusions. »

Eichi compris alors le pourquoi de la surprise. Le brun prit son violon et commença à jouer lentement. Eichi s’allongea et profita de la musique. Quelque chose qu’il ne connaissait pas. Une chanson sur laquelle il aurait pu danser. Douce et joyeuse, voila comment il aurait pu décrire ce morceau. Il profita de chaque note, de chaque mouvement. Eichi n’aimait pas la musique particulièrement la musique classique mais il adorait la musique en général. Et il savait reconnaitre un bon joueur d’un joueur passable. Et James était bon. Il ferma un instant les yeux et se fit cette fois faire une bataille d’eau dans un champ de blé avec nombre de ses amis. Il n’ouvrit les yeux qu’une fois que le morceau fut terminé.

« Vous jouer magnifiquement bien Monsieur Wilson. J’aime beaucoup votre musique. » avoua le jeune homme. « Je sens que je vais vous adorer, quand bien même ce ne sera pas réciproque. Un prof d’anglais musicien, c’est merveilleux. »
Revenir en haut Aller en bas
James E. Wilson

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 06/09/2010

MessageSujet: Re: ..: Besoin d'air, rapidement :.. [Terminé]   Jeu 9 Sep - 19:38

Je m'en voulais d'être si faible, surtout face à un élève, moi qui me devais de montrer l'exemple, voilà que je devenais la personne à ne pas suivre. Cela m'agaçait réellement... Pendant mon morceau, j'essayais de me concentrer sur mon pouvoir, afin de garder suffisamment d'énergie pour conserver mes illusions volontaires et faire disparaître les autres. Même ma cigarette m'énervait au final, ça aussi c'était quelque chose que je n'avais pas souhaité, mais cela me calmait et m'aidait parfois à réfléchir aussi... Je soupirais, mes illusions me rendaient fou, je prenais presque plaisir à fumer cette cigarette au doux parfum... Il faudrait que je songe à arrêter de m'illusionner moi-même, cependant j'avais l'impression que ça m'aidait à enlever Amélie... Et puis... Je n'allais pas empoisonner ce gamin... Ah et voilà que je divaguais. Ce n'était parce que ma cigarette sentait bon qu'elle n'était pas mauvaise pour les gens ! J'avais parfois envie de me mettre des claques, mais j'évitai de le faire, mon futur élève risquait bien de ne pas comprendre mon comportement, déjà qu'il devait me prendre pour un semi-illuminé, je n'avais pas envie de le conforter dans son idée. J'avais plutôt envie de me montrer un peu plus humain que je devais sembler l'être. Je pris alors mon violon, et commença à jouer, assis en tailleur je tentais de jouer à peu près correctement. Évidemment, mon jeu n'était pas des meilleurs, surtout aujourd'hui, mais je pouvais quand même prétendre être un assez bon violoniste. Je jouais avec mon âme et cela m'aidait beaucoup, même si, encore une fois, je me mentais. Cette valse j'avais pour habitude de la jouer quand tout allait bien, parce qu'elle était jolie, simple, douce et légère. Alors pourquoi maintenant ? Je l'ignorais, je tentais probablement de faire taire mon esprit, c'était ma façon de faire pour oublier...

Seulement, une fois la dernière note jouée, tout revenait et rien n'avait changé. J'étais déçu, alors, de ne voir que ce jeune homme devant moi. Le pauvre, pensai-je, car il n'avait sûrement pas demandé de se retrouver ici en même temps que moi. Je l'observais sans rien dire, il avait l'air détendu et je l'enviais pour cela... J'esquissai un sourire pour son compliment, mais le reste me mit légèrement mal à l'aise. Je ne comprenais pas sa remarque et avais l'impression de ne pas avoir fait ce qu'il fallait... Pourtant il ne me semblait pas avoir dit quelque chose d'agressif envers lui ou même pour lui montrer que je ne le supportais pas. J'essayai de réfléchir, tirai un peu sur ma cigarette avant de sortir un étui noir, rond, de quelques centimètres de diamètre. J'ouvris le clapet et posa ma cigarette à l'intérieur pour l'éteindre, avant de refermer le clapet. Je détestais polluer la nature et jeter un mégot par terre ne me ressemblait pas. Je remis l'objet dans une poche de mon pantalon avant de reprendre la parole.


« Il ne faut pas juger les apparences jeune homme. »

Je soupirais, cette situation me mettait vraiment mal à l'aise. Pourquoi disait-il qu'il allait m'adorer alors qu'il ne me connaissait pas ? Pourquoi ce ne serait pas réciproque puisque... Je ne le connaissais pas ?! Je stressais, ça n'allait pas. Je me levais, sans que cela ne change rien à mon illusion, et me tournais pour admirer une dernière fois la vue, avant de me lancer. Je baissai la tête lentement, puis me retournais vers mon interlocuteur.

« J'espère que mes cours seront à la hauteur de vos espérances. J'apprécie d'avoir des élèves motivés... »

Cependant, je ne savais pas quoi répondre à ce jeune homme, Eichi. Pourquoi ça ? Pourquoi me dire que ce ne sera pas réciproque ? Je sentais de la pression sur moi, je me sentais idiot aussi. Un simple élève réussissait à me déstabiliser en une phrase ?... Oui, cela suffit à me renfermer sur moi-même. Je finis par ne plus contrôler mes pensées, ni mon illusion. Un souffle de vent balayait les fleurs qui finissaient par s'envoler. En voyant les dégâts je tentais de tout stopper alors qu'un mal de tête venait me sermonner. Je ne devais pas montrer cette nature, pas devant quelqu'un. Je posais ma main gauche sur mon visage.

*Mais bon sang, pourquoi suis-je né ?*

Je me tournais à nouveau, j'avais envie de disparaître. Mais non, évidemment, je m'étais présenté, je lui avais dit qui j'étais... J'en avais assez de cette vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: ..: Besoin d'air, rapidement :.. [Terminé]   Jeu 9 Sep - 19:55

Eichi se redressa un peu et pu apercevoir un air déçu dans les yeux du jeune professeur. Il tira une bouffé sur sa clope et sortir une petite boite noire et ronde. Il écrasa sa cigarette et la laissa dedans. Une bonne initiative selon le noiraud. Il remit la boite dans sa poche avant de reprendre la parole en disant qu’il ne fallait pas juger sur les apparences. Eichi ne le savait que trop bien. S’il l’avait fait, il ne serait pas ami avec Naho et ne sortirai pas avec Gojyô. Le brun soupira, il avait l’air mal à l’aise.

« Pourtant je n’ai rien dit de suspicieux… » pensa Eichi.

Il se leva et s’avança vers le bord. Eichi se leva à son tour. Il avait bien vu que cet homme n’allait pas très bien et il ne voulait pas qu’il fasse une bêtise. Il se mit non loin de lui, prêt à stopper le temps à tout moment. Il baissa la tête avant de se retourner. Il lui indiqua qu’il aimait les élèves motivés et qu’il espérait que ses cours lui plairaient.

« Il me plairont forcément. Quand bien même il serait hétéro, il est diablement sexy et j’adore les langues vivantes. » pensa Eichi en rosissant.

Puis, tout autour de lui s’affola. Les fleurs était balayée par un coup de vent sorti d’on ne sait ou. Eichi pensa que ca devait avoir un rapport avec l’était d’esprit du plus vieux. Il finit par tout stopper et le toit redevint béton et plâtre. James posa une main sur son visage et sembla penser. Il se détourna. Eichi pensa que ce n’était vraiment pas une bonne idée.

« Vous savez, je ne connais pas votre histoire ni votre passé, vous avez surement vécu des choses douloureuses, ça ce voit a votre visage. Je ne juge pas sur les apparences la, je constate. Si vous avez été victime de sévices, ne vous laisser pas abattre sinon vous donnerez raison a vos bourreaux. Si vous avez perdu quelqu’un, dites vous que s’ils étaient encore la, il n’aimerait pas vous voir malheureux. Il ne faut pas de force pour se tuer, la véritable force est de continuer à vivre. » lâcha le noiraud très sérieux d’un coup.

Revenir en haut Aller en bas
James E. Wilson

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 06/09/2010

MessageSujet: Re: ..: Besoin d'air, rapidement :.. [Terminé]   Jeu 9 Sep - 20:47

J'avais vraiment du mal à me reprendre, j'angoissais pour une simple remarque de ce jeune homme qui m'avait blessé… Pourquoi ? Pourquoi n'étais-je pas plus prévenant, plus joyeux, plus amical ? Je n'arrivais même plus à me comprendre... Je souffrais sans raison, pour des petites choses anodines... Je n'avais même pas vu que le garçon s'était levé alors que j'aurais dû faire attention à lui... C'était mon élève bon sang ! Je me devais de le protéger, surtout dans un endroit interdit alors qu'est-ce que je faisais là à me penser encore à elle, à moi, à ce que j'aurais pu faire ? J'essayais de me calmer, une migraine venait de m'assaillir et elle ne m'aidait pas. Fichu pouvoir, damnation, malédiction que j'avais reçue. Je tentais de me reprendre alors que j'entendais Eichi parler derrière moi. Pourquoi me parlait-il ainsi ? Je n'étais pas l'enfant mais l'adulte. Je voulais être l'adulte, celui qui protège, qui écoute et qui discute sans problème. J'avais l'impression que les rôles étaient inversés. Je fis face au jeune homme, remarquant à mon grand dam qu'il était en effet plus grand que moi. Je devais lever la tête pour lui parler en le regardant dans les yeux.

« Je le sais. Je sais tout cela. »


Il m'était difficile de ne pas m'étendre sur la question, j'essayais de ne pas fondre en larmes devant un élève. Je ne devais pas, je ne pouvais pas discuter de telles choses avec un élève. Je ne pouvais décemment pas faire une telle chose. Maintenant je regrettais d'être monté sur ce toit, d'y avoir admiré la vue et d'avoir pensé à toutes ces mauvaises choses.

« Je vais vous présenter mon démon. »

Cette fois, elle apparut de mon plein gré, une Amélie resplendissante, pleine de joie. Je ne sais pas pourquoi je faisais ça, je me disais qu'en parler pourrait me sauver. Après tout, Eichi n'était pas beaucoup plus jeune que moi et pourrait peut-être me comprendre.
Je ne la touchai pas, je ne la regardai pas mais je sentais son aura juste à côté de moi. Puis... Quand il devint trop dur de la savoir à mes côtés, je la fis disparaître sous un halo de lumière blanche. Je baissais les yeux puis parvint à articuler :


« Je vous prie de m'excuser pour ma familiarité, je suppose que j'avais besoin de m'expliquer. »

Il allait me détester, profondément. Et je ne pourrais que le comprendre. De quel droit empruntais-je un espace de sa mémoire ? Il n'avait pas à s'attacher à moi, je n'avais pas à le considérer comme un allier ou un ami. J'allais trop loin et je le savais, seulement je n'avais pas envie de me confondre en excuse plus longtemps. Je soupirais. Il fallait que je change de sujet, le plus vite possible, pour oublier tout ça.

« Je suppose que vous disposez vous même d'un pouvoir ? Pourriez-vous me le montrer ? »

J'espérai que sa démonstration pourrait me divertir assez pour oublier tout le reste, pour me focaliser uniquement sur mon interlocuteur. J'essayais d'être plus amical aussi et pas simplement étrange ou suicidaire. Si j'avais su que je pourrais réagir un jour comme ça, j'aurai ri au nez des gens qui m'auraient prédis ce destin. Et maintenant ma seule envie était de fondre en larmes jusqu'à avoir perdu tout l'eau de mon corps et finir totalement séché comme un pruneau et...

*STOP !*

Je restais debout, le dos contre la paroi, les mains posées dessus pour me retenir. Je stoppais toutes mes illusions, je voulais rassembler mes forces pour me calmer, sinon je sentais que je pourrais défaillir. J'étais loin d'avoir une santé de fer à présent, je préférais donc me ménager et éviter d'utiliser mon pouvoir. J'allais devoir prendre exemple sur ce Eichi qui semblait sûr de lui et heureux de vivre. J'avais l'impression d'être un cocon qui ne pourrait jamais être un papillon. Ma vie risquait d'être bien moche en tant que cocon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: ..: Besoin d'air, rapidement :.. [Terminé]   Ven 10 Sep - 15:13

Eichi pensait bien l’avoir blessé. Mais a près tout, c’était ce qu’il voulait. Il voulait que le jeune prof s’en sorte et pour cela il devait se heurter à des gens qui le mettraient au pied du mur. Eichi ne le connaissait pas et, s’il n’avait pas eu de relation prof-élève, il ne l’aurait surement jamais rencontré mais, il avait aimé l’entendre jouer. Et, du peu qu’il avait entendu de lui, il l’aimait bien. Peut être pourraient-ils devenir amis malgré leurs différents statut, mais pour cela, il fallait que cet homme quitte son passé pour de bon.
Le noiraud n’avait pas vraiment eu d’enfance. Entre la mort de ses parents, celle de Naoki et celle de sa grand-mère et sa vie en orphelinat, il avait toujours été traité de façon à en souffrir pour être immuniser. Maintenant que tout allait bien dans sa vie, qu’il avait ses pères aimant, des amis géniaux et un petit-ami adorable, il voulait jouer à l’enfant. Mais il savait très bien quand se reprendre et redevenir l’adulte qu’il était.
James se retourna et lui fit face, Eichi était un peu plus grand que lui. James planta ses yeux dans ceux du noiraud et lui dis qu’il savait tout cela. Sa voix tremblait et Eichi pensa rien qu’un instant qu’il allait pleurer mais se reprit en se disant qu’il ne voudrait pas pleurer devant un inconnu. Puis, le brun reprit doucement la parole et l’informa qu’il allait lui présenter son démon. Eichi cligna des yeux et compris qu’il parlait surement de la chose qu’il avait vu avant de jouer pour la seconde fois. Il hocha la tête et patienta.
[Hors RP : Description à modofier s'il faut! Dis moi...]
Une jeune femme apparue. Grande pour sa taille et toute fine. De longs cheveux brun bouclés et de petits yeux noisette en amande qui riaient. Elle avait un magnifique sourire et ses mains se serraient dans son dos. Eichi compris. Il avait perdu cette femme et elle avait été chère à son cœur. Soit sa sœur soit sa petite amie. Le noiraud opta pour la seconde solution et eu un petit sourire désolé. Il ne pensait pas être tombé juste et pourtant, il avait mis les pieds dedans. Eichi remarqua que le brun ne la regardais pas et ne la touchais pas mais il était crispé. Surement le fait de la revoir l’emplissait de peine. Elle finit par disparaitre dans un halo de lumière blanche qui aveugla momentanément le jeune homme. Il baissa les yeux et annonça de sa voix tremblante :

« Je vous prie de m'excuser pour ma familiarité, je suppose que j'avais besoin de m'expliquer. »

Il avait l’air mal, encore plus mal qu’avant. Le faite d’avoir fait apparaitre cette jeune femme l’avait retourné et Eichi le voyait bien. Il décida de ne plus revenir sur le sujet. Il soupira et changea de sujet en demandant des renseignements sur le pouvoir du noiraud.
Il sembla ensuite se raidir. Eichi prit alors la décision de le prendre par les épaules et de le guider jusque la sous-salle du toit. Il le fit s’assoir sur l’un des fauteuils présent dans la pièce.

« Bon, je sais que je vais encore vous énervé mais, je veux devenir votre ami. Bien sur notre relation professeur-élève n’en sera pas atterrée et je vois que vous en avez besoin. J’en ai aussi besoin. Alors je ne veux plus que vous vous tourmentiez. Essayer de sortir de trouver d’autres amis et peut être tomberez vous sur une personne aussi exceptionnelle qu’elle l’était. Je ne dis pas que ce sera facile ou quoi que ce soit de ce genre, mais je pense réellement qu’elle n’aimerait pas vous voir dans cet état a cause d’elle. »

Eichi lui lança un sourire réconfortant et reprit la parole d’un air tout autre, pour essayer d’alléger l’atmosphère.

« Vous êtes curieux comme ca ! Bon, alors je vais vous montrer mon pouvoir. »

Il se saisit d’une bougie allumée et la lâcha au sol avant de prendre la main du brun et de stopper le temps.


« Je peux contrôler le temps. » lâcha-t-il alors ;
Revenir en haut Aller en bas
James E. Wilson

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 06/09/2010

MessageSujet: Re: ..: Besoin d'air, rapidement :.. [Terminé]   Ven 10 Sep - 20:54

Je ne se sentais pas bien du tout... Évidemment je me mettais encore dans un état pas possible pour pas grand chose. Je n'arrivais pas à faire apparaître Amélie sans me sentir mal. Je devais me contrôler, la rendre telle qu'elle était pour moi, belle, élégante, souriante. Je l'avais connue comme cela, je l'avais aimé comme cela. Je l'apercevais, à côté de moi, ses longs cheveux blonds pouvaient presque toucher ma peau, ils balançaient dans le vent avec légèreté, souples et raides, ils étaient magnifiques et le soleil les sublimaient encore plus. Je l'avais fait apparaître dans sa tenue préférée : une robe blanche qui s'arrêtait juste au-dessus de ses genoux. Le bas de ses jolies jambes était donc nu, tout comme ses pieds... Je préférais la laisser comme ça, sans artifices. Elle était celle que j'aimais, ainsi représentée.
Je baissai la tête en essayant de me concentrer. Je fis tout disparaître, je commençais à perdre la tête. J'avais besoin de parler d'autre chose, tout sauf elle. Mais elle avait été tout. Je voulais l'effacer de mon cerveau, complètement, la faire partir et même penser ne l'avoir jamais connue. Rester de marbre face à son image, n'être même pas désolé pour sa mort. Hélas je n'avais pas ce pouvoir, d'oublier simplement, de me focaliser sur mon cerveau et de supprimer une case, l'endroit où toutes les données sur Amélie étaient entreposées.

Eichi s'approcha de moi. Je voulais le repousser, je n'avais pas à me laisser faire ainsi, cependant je ne réussis pas à lutter. Je le suivais donc, il m'éloigna du bord du toit, je décrochai mes mains et serrai les poings... Je me sentais tellement faible qu'au final, je le laissai faire. Nous descendîmes les escaliers et il m'escorta jusqu'à la salle sous le toit. Je me laissais tomber dans un fauteuil, suivant les gestes de mon élève. Oui, mon élève qui venait me sortir de ma dépression. Voilà qui devenait dangereux, j'avais la mauvaise impression que tout cela n'était pas normal, j'étais affreusement gêné. Je ne savais pas comment m'en sortir à présent, je restais assis, je me recroquevillai sur moi et posait ma tête entre mes mains, mes coudes posés sur mes genoux. J'écoutais le garçon sans vraiment comprendre ce qu'il me disait. Amitié ? Non, pas avec un élève, il fallait que je garde à tout prix mes distances car ce genre de relations ne pouvaient apporter que des problèmes, d'abord à Eichi ensuite à moi. Jamais je n'aurais pensé faire cela. Non décidément, c'était une trop mauvaise idée.
La suite ne me plaisait pas non plus, je ne voulais pas la remplacer, je préférais avoir mal.


« Elle ne peut pas savoir. Elle est morte. » murmurais-je.

Je ne voulais pas en dire plus, surtout que l'idée de changer de sujet m'allait mieux et l'air enjoué que Eichi avait emprunté me faisait du bien. Je relevais doucement la tête, posant mon menton sur mes mains, regardant mon interlocuteur avec un air vitreux. J'avais néanmoins plus d'attention que je voulais le montrer. J'observais Eichi comme s'il allait me dévoiler un tour de magie dont le secret était inconnu de tous. Et je fus en effet surpris par la démonstration. Il... Il pouvait contrôler le temps !?
Je me forçais à ne pas me lever, mais regardait Eichi avec un regard qui devait trahir mes pensées... J'étais totalement ébahi. Je souhaitais le kidnapper et l'utiliser sur moi autant de fois qu'il le faudrait pour faire revenir Amélie. Je secouai la tête avant de repasser dans ma tête cette image, cette bougie immobilisée... Pouvait-il faire des retours en arrière ?
Je le regardai, je devais lui demander, mon cœur s'emballait.


« Eichi. Pouvez-vous retourner dans le passé ? »

Je lui avais parlé comme un fou, ma voix me trahissait, mon accent anglais aussi, je n'avais pas réussi à me calmer assez. Au final, ce n'était qu'un faible son, une voix sombre et grave, je lui donnais l'ordre déguisé de me ramener dans le passé, maintenant.
Je serrai à nouveau les poings, puis me courbai littéralement. Que me prenait-il ? Je voulais ma réponse, je voulais pouvoir le faire. Les yeux emplis de larmes, je relevais la tête et finit par crier en anglais sur le pauvre élève qui ne m'avait pas répondu :


« Can you do it ? [Pouvez-vous le faire ?] »

Je le regardai avec mes yeux écarquillés, ma douce folie, mes mains tremblantes, mon mal de tête, mon corps qui allait bientôt céder, mon envie de tout arrêter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: ..: Besoin d'air, rapidement :.. [Terminé]   Ven 10 Sep - 21:15

Eichi le toisa. Ce qu’il redoutait était arrivé. L’homme devant lui était tellement mal qu’il lui avait demandé exactement ce à quoi il pensait. Eichi avait très bien compris qu’il voulait retourner dans son passé pour revoir cette femme blonde.

« Je peux le faire. » avoua-t-il franchement « Mais il est totalement hors de question que je vous fasse retourner avec votre amie. Je n’ai pas le droit de le faire. Enfin, j’ai le droit mais vous vous sentirez plus mal si je le fait. »

Eichi savait très bien ce qu’il en coutait pour l’avoir mainte et mainte fois pratiqué.

« Je suis comme vous, j’ai déjà perdu un être qui m’étais aussi cher que le votre. Et j’ai découvert mon pouvoir juste après. Je suis retourné plein de fois dans le passé. Restant les douze heures auprès de mon ami. Mais, ca a faillit me tuer. Je ne m’alimentais que pour pouvoir y retourner. Je ne vous ramènerais pas dans le passé Monsieur Wilson, parce que je vous aime bien et que je veux que vous vous en sortiez. Je ne sais que trop bien a quel point c’est compliqué. Je pensais aussi ne jamais pouvoir être heureux à nouveau mais j’ai rencontré d’autre personne plus ou moins agréable et j’ai finis par tomber sur quelqu’un de bien. Ca vous arrivera a vous aussi, je le sais. »

Eichi avait sentit la voix de James trembler. Il s’avança vers lui et le prit dans ses bras quitte a se faire jeter par la suite, il ne voulait pas que cet homme vive dans le passé.

« Vous savez, je ne vous jugerais pas, si vous avez envie de pleurer, pleurez. Si vous avez envie de me frapper, frappez-moi. Si vous voulez m’insulter, faite le. Mais soulagez vous, ce n’est que comme ça que vous pourrez vous sortir de l’enfer dans lequel vous vous enfermez. » ajouta-t-il d’une voix douce.
Revenir en haut Aller en bas
James E. Wilson

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 06/09/2010

MessageSujet: Re: ..: Besoin d'air, rapidement :.. [Terminé]   Ven 10 Sep - 23:35

Je craquais littéralement. Je ne bougeais plus d'un cil, je voulais juste une réponse, claire et précise. Je ne voulais pas qu'il essaie de me mentir ou qu'il me cache la vérité juste parce que j'étais faible. Mais ce qu'il fit me soulagea. Il m'apprit qu'il pouvait le faire, mon regard s'éclaira, jusqu'à ce qu'il dise qu'il ne voulait pas me faire retourner la voir. Mais pourtant c'était ce que je voulais le plus, je voulais mourir avec elle, partir avec elle au moment où nous étions les plus heureux. C'était tout ce que je désirais. Je me fichais de cette école, de ces élèves et des autres professeurs. Rien ne m'intéressait ici, c'était pourtant clair non ?
J'écoutais le discours du jeune homme en me crispant de plus en plus dans mon fauteuil. Je me fichais de sa vie à lui ! Je voulais la revoir, c'était si compliqué que ça à comprendre ? J'avais simplement besoin d'elle, elle et rien d'autre, elle et personne d'autre. Eichi me parlait de sa nouvelle vie, comme quoi maintenant il était heureux. Eh bien j'étais donc très content pour lui, que sa petite vie marche bien à présent, mais moi là, ça ne me regardait pas. Le jeune homme me prit dans ses bras, je me sentais vide, complètement vide d'avoir la solution devant mes yeux et de ne pas pouvoir l'utiliser... Cela me paraissait tellement énorme... Pourquoi le sort s'acharnait-il sur moi ? Je me laissais faire, il me parlait, me disait quoi ? Ah oui, pleurer, frapper, insulter ? Non merci, ce n'était pas mon genre... Pas avant du moins, maintenant je n'étais plus le même et j'avais tendance à l'oublier.


« Si tu ne peux rien faire pour moi, alors laisses-moi. »


Ou plutôt j'allais le laisser. Bon sang, j'étais vraiment le pire de tous. Je posai mes mains sur ses bras pour me dégager de son étreinte. Je ne le regardais pas, mes yeux étaient trop embués pour que je puisse le voir réellement. Une fois totalement détaché, je passais devant ce gamin sans parler, je séchais mes larmes d'un revers de la main et je quittais cette salle pour rejoindre le deuxième étage. Je me sentais extrêmement mal et n'eût pas besoin de réfléchir pour trouver ma destination. Je rejoins immédiatement les sanitaires et je rendis tout mon déjeuner dans les toilettes. Je toussais, je crachais, j'avais envie de mourir une fois encore. J'étais à terre une fois de plus, la tête courbée pour régurgiter le peu que j'avais avalé, je pleurais avec une force qui m'assommait presque. Mes larmes redoublaient, je serrais mes poings sur la cuvette en sanglotant, jusqu'à ce que le malaise passe et que je n'aie plus rien à recracher. Je me nettoyai sommairement le visage, alors qu'Amélie réapparaissait encore, joyeuse Amélie...

« You are no more here ! You leave me alone for ever ! Why did you do this to me ? [Tu n'es plus là ! Tu m'as laissé seul à jamais ! Pourquoi m'as-tu fait ça ?] »


Je la regardai, elle semblait s'en aller, je me calmais, arrêtant de crier, me rendant compte qu'une fois de plus j'étais seul et que les images que je créais d'elle ne me la ramèneraient pas.

« I am nothing without you... [Je ne suis rien sans toi...] »

Je m'effondrais littéralement, là, juste à côté des toilettes, dans une cabine, complètement recroquevillé sur moi-même. Je continuais à sangloter, les paroles de Eichi me revenaient en tête. J'avais tellement peur... Je n'aurais jamais dû agir comme ça... Même maintenant, qu'est-ce que je faisais ? Pourquoi continuait-elle à revenir ?
Je posais ma main en avant, cherchant mon étui à tâtons... Non... Non, pas ça, pas encore... La malchance continuait. J'avais oublié mon violon près de mon élève, je ne l'avais pas pris en partant, mais... Mais comment avais-je pu l'oublier ?
Je me relevai péniblement pour aller le chercher, surestimant mes capacités. Je ne fis pas plus de deux pas avant que mes jambes ne lâchent, je tombais au sol, lamentablement, en profitant pour me prendre la porte de la cabine que je n'avais pas pris le temps de fermer. Je n'en pouvais plus, j'en avais assez. Je restai à nouveau contre un coin du mur, cette fois hors de ma cabine. Je devais me reposer avant de repartir et de récupérer mon bien... J'espérais que Eichi ne m'ait pas suivi, j'avais vraiment trop peur qu'il me voie dans cet état-là.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ..: Besoin d'air, rapidement :.. [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
..: Besoin d'air, rapidement :.. [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mais, si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre.Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde... [Livre I - Terminé]
» On a toujours besoin de plus petit que soi [PV Iraki Ukiama] | Terminé
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» BESOIN D'AIDE POUR UN SAUVETAGE DE 21 CHIENS DE CEUTA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Yoru :: Le Pensionnat :: Le toit-
Sauter vers: