Pensionnat Yoru


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La maladresse d'une demoiselle.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Naho Daichi

avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 01/07/2010

MessageSujet: La maladresse d'une demoiselle.    Mer 3 Nov - 10:07

Du sang coulait sans retenu tout le long de son chemin, alors qu'elle tentait de ravaler toutes les larmes qui pourtant ne lui obéissaient pas. Sa main était bandé par un morceau de tissus précaire et déjà imbibé du maximum de sang possible. Arrivant à l'infermerie la jeune femme eu le désespoir de lire

" Absent pour le moment. Il faut bien que je mange moi aussi ! "

L'écriture était celle du femme, douce et appliquée. Fine et raffinée. Naho s'affala sur le siège dressé à côté d'elle. Ses yeux jaunes, dont les veines rouges les emplissaient, glissèrent sur le bandage. C'était à elle de faire le repas du midi. La jeune Naho faisait effectivement parti du club de cuisine et un jour par semaine elle se proposait pour faire un repas aux gens qui restait mangé à la cafétéria. Les femmes qui travaillaient là bas avait un réel penchant sur sa créativité culinaire. La jeune étudiante ne savait pas d'où elle pouvait bien tenir cette imagination débordante, et après tout, elle s'en contre foutait. Relavant le tissus, elle voyait sa plaie saigner encore et encore. C'était sa main droite. Naho avait la particularité de contrôler la température. Du corps humain, comme du corps animal ou de n'importe quelles matières. La main blessée lui permettait de contrôler celui du froid. Le sang coulait en abondance. Son pouvoir lui rendait le sang complètement gelé. Elle ne contrôlait pas parfaitement son pouvoir, et si elle était dans ce pensionnat c'était pour l'apprivoiser au maximum. Une larme chaude glissa de sa joue, lentement. Elle devait se ressaisir pour faire cesser son pouvoir. Ses fesses glisseraient sur le bord de la chaise, et elle colla son dos au dossier de celle-ci. Elle ferma les yeux, ignorant au maximum la douleur.

***


Naho suivait attentivement la recette de cuisine. Elle était douée pour cela et elle s'en sentait fière. Elle trichait régulièrement sur la cuisson grâce à son pouvoir et donc n'avouait que son mérite de moitié. La jeune femme avait un autre penchant pour la nature. Effectivement l'étudiante faisait parti de ses deux clubs et elle ne se sentait épanouie qu'en travaillant dans ceux-là.
Revenant plus attentivement à sa cuisine, elle saisit un couteau avec une habilité digne d'un chef de cuisine. Elle coupa rapidement plusieurs légumes avant de passer à la pièce de viande. La retournant et feuilletant encore le livre, le couteau transperçait sans hésitation la viande. Mais, comme munie d'une âme meurtrière, le couteau se retourna contre son utilisatrice. La lame, qui avait parut devenir beaucoup plus longue vient caresser la paume de la jeune femme qui tenait la viande. Elle retira sa main, sans sentir la moindre douleur quand le sang coula enfin de sa paume pour venir se perdre le long de son avant bras.

_ Et merde...

Naho attrapa le torchon juste à côté d'elle avant de le plaquer sur la blessure fraiche. Un frisson jaillit au contacte de la plait. Ses doigts se crispèrent, puis tout son corps. Les larmes montèrent rapidement jusqu'à ses iris citrins. Lorsqu'elle enleva le torchon pour faire l'état des choses, la blessure avait doublé. Tant sur la longueur que sur le diamètre. Elle voyait l'intérieur de sa main. Son pouvoir provoquait une drôle d'aura autour de sa main. Elle n'avait jamais été blessé à même les mains et ne savait pas comment la situation allait se passer. Le sang se gelait au niveau de sa plaie. Sa main tremblait sans répit et cela fit frissonner la jeune étudiante.

***


Ses frissons se triplaient mais elle fut rassurer d'entendre des bruits de pas au loin. Elle avait atrocement mal à la main et avait l'impression de perdre peu à peu la tête. Elle regardait ses vêtements. Un petit marcel blanc sous une veste de barman noir, un jean dont il semblait troués de façon exprès et des converses blanches. Elle sourit à la vue que chaque éléments soit touchés par son sang.

_ Heureusement que je me suis habillé sans trop de complication et d'élégance.
Songea la jeune fille avant de commencer à voir flou.

La sillouhète était prêt d'elle. Elle n'arrivait pas réellement à cerner si cela était un homme ou une femme. Juste des cheveux bruns et une blouse blanche.

_ J'ai besoin d'aide.


Sa voix sonnait comme une suppléance. Elle s'en mordit les lèvres, elle si forte et sûre d'elle. Bien que son sang manquait dans son organisme, elle garda le contrôle d'elle et ne perdra pas connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takeshi Mitsuyama

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 21/10/2010
Age : 26

MessageSujet: Re: La maladresse d'une demoiselle.    Sam 6 Nov - 12:25

En retard! Takeshi était en retard! Mais en retard sur quoi? En fait, il avait été en retard sur son heure de déjeuner, à cause d'une patiente maladroite qui s'était coupé avec une feuille de papier et qui, du coup, pleurait toute les larmes de son corps parce qu'elle c'était fait une petite coupure au niveau du doigt. Pour le coup, ça avait bien irrité l'infirmier scolaire, qui détestait ce genre de comportement pour si peu, d'une, mais aussi, qui détestait perdre son temps à soigner des blessures si insignifiantes. Pire encore, il était en retard pour manger, alors que son estomac criait au crime. Quel sacrilège de saute l'heure du déjeuner pour une bêtise pareil. Mais pour le coup, il n'avait pas vraiment le choix: c'était son travail.

Un sandwich et une bouteille d'eau: c'est tout ce qu'il restait. Décidemment, il était damné, ou du moins, c'est ce qu'il était amené à penser. C'était vraiment pas de chance, lui qui aimait tant manger un bon repas chaud. Il aurait pu aller voir ailleurs, manger dans un restaurant du coin, mais il était déjà en retard, et une confrontation avec la principale n'était pas vraiment la meilleure des idées. Paraissait-il qu'elle était belle femme, mais malgré ça, lorsqu'il s'agissait de parler boulot avec un supérieur, de sexe féminin ou masculin, ça tournait toujours à la catastrophe et la discussion se soldait souvent par une démission, ou un renvoie, tout dépendant de la vitesse d'action des différents partis. Takeshi préférait éviter ça, du coup, puisqu'il avait déjà été renvoyé une fois et que surtout, ça faisait "tache" sur le C.V.

C'est donc lentement mais sûrement que l'infirmier scolaire revenait vers ses locaux, d'un pas lent et surtout, d'un pas las. Il n'avait pas forcément envie d'aller s'enfermer dans son trou et attendre que des élèves en pleurs viennent l'emmerder pour rien. Alors qu'il était presque arrivé, il vit au loin une personne assise sur les bancs, non loin de la porte. Un patient de plus? Il n'était même pas là que quelqu'un avait encore besoin de lui. Sur le coup, il soupira et alla ouvrir la porte, sans même prêter uen réelle attention à la jeune femme qui était là. Oui, il avait remarqué qu'il s'agissait d'une jeune femme, mais ce n'était pas pour ça qu'il allait se jeter dessus pour la soigner. Il posa la petite pancarte sur le bureau le plus près et retourna voir sa nouvelle patiente. Une fois arrivé près d'elle, il haussa les sourcils et fit les gros yeux: il venait de voir tout le sang. Qu'est-ce qu'elle avait, bon sang? Elle en avait un peu partout, sur ces vêtements, sur le torchon qu'elle tenait dans sa main. Elle avait besoin d'aide, qu'elle disait. Bien entendu qu'elle avait besoin d'aide, il n'était pas con.

Sans même regarder l'éventuelle plaie, il passa ses bras sous elle et derrière son dos pour la soulever. Elle semblait faible, alors essayer de la lever en l'aidant serait une perte de temps considérable. Une fois qu'elle fut bien dans ses bras, qu'il la portait, il la fit entrer pour l'allonger sur le premier lit. Il la posa dessus et alla rapidement fermer la porte de l'infirmerie. Takeshi revint rapidement vers elle. Il n'était certes pas très passionné par son travail, mais lorsqu'il jugeait qu'une situation était grave, il faisait preuve d'un sérieux exemplaire. Il tira le banc à roulettes qui se trouvait tout près et prit place dessus, pour venir prendre la main de la jeune femme. Il la regarda et pencha la tête sur le côté: elle était jolie, poru le coup, avec ses cheveux verts. Bizarre... Alors, il lui dit, essayant de défaire son bandage de fortune, qui était dur à enlever, puisqu'il semblait quelque peu rigide et dur...


"Je suis Mitsuyama Takeshi, l'infirmier du pensionnat. Je vais m'occuper de toi."

Après quelques manipulations laborieuses de ce linge imbibé de sang, Takeshi finit par voir la dite plaie. C'était loin d'être beau. Pour le coup, il se demandait bien comment elle avait pu se faire ça. Alors qu'il allait lui demander, il vit quelque chose d'étrange. Son sang... Son sang semblait gelé autour de la plaie. Qu'est-ce que c'était que ça, encore?!? C'était vraiment un endroit de fous. Une femme à pouvoirs, encore? Une S donc? Lui aussi, il était un S, d'une certaine manière, mais son pouvoir était loin d'être aussi étrange que le sien, si elle en avait un. Mais pour le coup, c'était un mal pour un bien, puisque le froid devait geler en partie sa douleur. L'infirmier scolaire s'étira et prit un nécessaire de chirurgie mineure. Il devait recoudre tout ça et désinfecter la plaie. Il posa sa main sur un drap stérile et s'approcha d'elle. Elle semblait planer, la pauvre. Alors, il alla poser sa main sur son visage, le tapotant un peu pour essayer de provoquer chez elle une réaction et demanda, sans réelle tendresse...

"Hey! Tu t'es fais ça comment? Et pourquoi ton sang gêle? Tu as un pouvoir ou pas? Je dois savoir avant de t'endormir et de refermer ça."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naho Daichi

avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 01/07/2010

MessageSujet: Re: La maladresse d'une demoiselle.    Dim 7 Nov - 11:53

Elle n'avait même pas soupirer de douleur quand il l'avait saisi avec habilité pour la porter jusqu'à un lit. Naho se douta à ce moment là que c'était un homme. Alors que sa tête tournait de plus en plus, l'infirmier ramena un siège à roulette jusqu'à elle. Le bruit la fit se crispé. La demoiselle avait l'impression que tout son corps était soumis à une sensibilité immense.
Une fois bien positionné il se prépara à retirer le bandage en se présentant, surement pour la mettre en confiance. Et pour le coup, le résultat attendu était celui-ci. Elle sentit le bandage précaire être enlevé et le moment d'hésitation de l'infirmier. Très sincèrement la jeune fille ne savait pas ce qu'elle faisait ici. Elle avait vu le sang se geler lentement autour de la plaie avant de mettre le pansement bien qu'elle se concentrait pour que l'effet de son pouvoir se dissipe. Elle ne demandait uniquement que le jeune homme soit au courant des pouvoirs, et une réponse lui a été parvenu très rapide lorsqu'il articula, avec rapidité :

"Hey! Tu t'es fais ça comment? Et pourquoi ton sang gêle? Tu as un pouvoir ou pas? Je dois savoir avant de t'endormir et de refermer ça."

La jeune femme tilta lorsqu'il parla de pouvoir, mais en simple réponse, elle ne pu fournir qu'un hochement de tête.

La fatigue mélangé à la peur commença a activé son pouvoir plus violemment. La jeune fille, qui contrôlait l'élément de la température dégageait une forte chaleur de sa main gauche et une froid qui gela complètement la plaie ainsi que son avant bras. Des particules de glace jonchaient sa main et son bras qui prirent tout deux une couleur bleue très forte. Sa main gauche elle était moins pénalisé mais lorsqu'elle la posa sur celle de l'infirmier pour l'empêcher de la toucher, il pouvait être bruler (Je ne veux pas te l'imposer, donc à toi de voir si ça te brûle ou non) La jeune femme dans un effet complètement secondaire avait décidé de se défendre. Dans sa tête tout n'était plus vraiment net. Elle analysait juste qu'un homme, qui avait l'air d'avoir de la force était en face d'elle. Et que elle était blessé. Les véritables circonstances de cette blessure se mélangèrent avec la fiction qu'elle s'inventait lentement.
Un regain de vitalité la fit se relever du lit pour se tenir de l'autre côté, face au garçon. Elle était complètement affaibli, son corps tremblait et pourtant elle se sentait prête à se battre avec le jeune homme qui ne souhaitait que l'aider.
Au fond d'elle, elle avait atrocement mal et une larme s'échappa de son oeil qu'elle ignora avant de se mettre en garde face à Takeshi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takeshi Mitsuyama

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 21/10/2010
Age : 26

MessageSujet: Re: La maladresse d'une demoiselle.    Sam 13 Nov - 13:22

Après quelques secondes, la jeune femme, dont il ne connaissait toujours pas le nom, ni le prénom, finit par réagir. Tant mieux, parce qu'il n'avait franchement pas envie de se démerder à essayer de comprendre comment elle pouvait avoir le sang gelé à ce point. Ce n'était pas humain comme réaction, de toute manière, et sans être humain, ce n'était pas normal en soi. Donc, elle confirmait ses soupçons. Super... Takeshi n'était pas vraiment ravi, pour le coup, parce qu'avec les S, il ne savait jamais ce que pouvait donner une quelconque intervention, même légère. C'était vraiment la cata... En plus, pour le coup, l'infirmier scolaire n'était franchement pas motivé pour se lancer dans les casses-têtes médicaux. Elle s'était ouverte la main et il fallait refermer et s'assurer que la plaie soit saine: point. Le pourquoi du comment, il s'en doutait. Pour le reste, il verrait plus tard. Cependant, après quelques instants, il ressentit une forme de douleur sur son bras, une source de chaleur intense qui venait se poser sur son épiderme. Qu'est-ce que ça pouvait bien être? Son regard, qui était alors perdu dans le vide sous l'effet de ses réflexions, malgré l'urgence de la situation, c'était maintenant posé sur son bras. La main de sa patiente était en train de le brûler.

D'ailleurs, elle finit par se relever et aller de l'autre côté du lit, se tenant face à lui, comme pour l'affronter. Qu'est-ce qui lui prenait, nom d'un chien?!? Elle devait être sous le choc, ou alors la perte de sang empêchait le cerveau d'être irrigué correctement, qui sait? Elle ne devait pas vraiment se sentir bien. Malgré tout, Takeshi regardait son bras, intrigué. Lorsqu'il regarda son bras blessé, il vit qu'il était gelé, encore plus que précédemment, alors que l'autre main venait de lui chauffer la peau à l'extrême. Chaud et froid? C'était là un constrate intéressant, mais aussi dangereux. Même pour des êtres spéciaux, avoir un tel pouvoir pouvait se révéler être dangereux, puisqu'un tel contraste de température n'était pas bon pour l'organisme. Encore, si le corps s'habituait à une température, froide ou chaude, il pouvait vivre avec, mais les deux en même temps, c'était un pari risqué. Encore une fois, l'heure n'était pas aux divagations et aux réflexions inutiles. Il avait une patiente à guérir et de plus, elle se sentait menacée. Ce qu'il allait faire n'allait certainement pas aider ce sentiment, mais il n'avait pas le choix. De plus, il n'aimait pas s'en servir. Au moins, c'était moins inquiétant qu'une grosse seringue remplie d'anesthésiant.

Oubliant sa légère brûlure sur son bras, il se leva, nonchalammant, et commença à faire le tour du lit, les mains dans les poches de sa blouse blanche. Il ne cessait de la regarder, tenant ainsi le regard qu'elle lui lançait. Il voyait bien qu'elle avait peur, et la larme qui roulait sur sa joue ne faisait que confirmer cette hypothèse. Après quelques instants, il finit par arriver devan elle, alors qu'elle était toujours sur ses gardes. Il sortit lentement la main droite de sa poche et la laissa le long de son corps. Alors qu'à première vue, il ne faisait rien de bien spécifique, il était en train de se concentrer pour activer son pouvoir au niveau de ses doigts. Son index et son majeur commençaient à être remplis de cette drogue puisante qui lui permettait d'endormir efficacement les êtres vivants. Sur un ton loin d'être tendre, il finit par s'exclamer...


"Tu es peut-être mignonne, mais tu m'agaces. Fais de beaux rêves..."

Afin de la surprendre et de l'empêcher de riposter, il fit un grand pas en avant, levant sa main droite pour venir déposer le bout de son index, ainsi que le bout de son majeur, sur le front de la jeune femme. Normalement, les effets devaient être presques immédiats. Au bout de 3 secondes, Takeshi vit sa patiente s'endormir et il la rattrapa, pour finalement l'allonger sur le lit, correctement. Une fois relevé, il se frotta le front avec sa manche droite de blouse et soupira, plutôt blasé par cette situation vraiment merdique. Au moins, il ne pouvait pas se plaindre qu'il travaillait pour rien. Mais bon, il préférait toujours le juste milieu. Un cas pas trop chiant, mais pas inutile. Là, c'était chiant. Sans trop se presser, il retourna de l'autre côté du lit. Pourquoi agir dans l'urgence, puisque que la plaie était gelée? Il n'y avait pas beaucoup de risques, en l'état. Alors, il s'arrangea pour trouver une couverture chauffante et la mit sur la main de la jeune femme. Au bout de deux minutes, la plaie recommença à saigner. Il pouvait agir, désormais. Il se munit de ses outillages et commença à recoudre sa main avec minutie et attention. Il faisait d'ailleurs attention à bien désinfecter la zone, pour éliminer la présence de tout élément pathogène qui pourrait s'infiltrer dans son organisme.

La manipulation prit environ 10 minutes. C'était plutôt long, puisqu'il voulait faire celà bien. Il ne devait pas recoudre ça n'importe comment, surtout que dans la main, c'était toujours délicat. Il ne fallait pas que les fils pètent à n'importe quel mouvement qu'elle ferait. Une fois la paume de sa main comme neuve, ou presque, il lui fit un bandage, assez épais pour contenir les saignements, qui devaient être épongés par les compresses. Le tout devait aussi être assez serré, pour empêcher justement les dits saignement. Il soupira à nouveau, s'essuyant le front à nouveau, et se leva, pour aller chercher une seringue et une fiole. Il revint avec et tira un peu de liquide à l'aide de la seringue, une dose pour adulte. Elle allait souffrir avec ce bandage, alors il se devait de lui donner un bon anti-douleur, au moins pour les premières heures. Par la suite, ça serait à coups de cachets, très certainement. Il n'en avait que quelques plaquettes, alors il allait devoir lui faire une ordonnance. Il rangea le tout et alla changer de blouse, celle-ci étant tâchée. Il la mit à laver et en prit une propre, et s'arrêta devant son bureau, afin de prendre une sucette, qu'il mit dans sa bouche sans plus attendre. Maintenant que la situation était calme, il prit le fauteuil de son bureau et le fit rouler jusque devant le lit de sa patiente et s'y installa, la surveillant ainsi avec plus ou moins d'attention, laj ambe droite croisée sur la gauche, le fessier légèrement avancé sur la chaise. Il soupira et garda son regard posé sur cette jeune femme, la détaillant ainsi, profitant de la situation pour la reluquer un peu, sans toucher, pour autant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naho Daichi

avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 01/07/2010

MessageSujet: Re: La maladresse d'une demoiselle.    Sam 4 Déc - 13:43

[Hors RP : J'avais complètement oublié de te réécrire... J'ai du le lire et puis c'est tout. N'hesite surtout pas à me relancer dans ses moments là !!]

Il venait près de la demoiselle, qui restait sur la défensive. Son visage crispé de peur observait ce garçon qui venait jusqu'à elle, par un calme légendaire. Sa plaie avait reprit ses saignement et la laissait si faible. Sa vision s'embrouillait une nouvelle fois, comme lorsqu'elle attendait seule sur cette chaise. Elle avait attendu cet homme en blouse blanche. Etait-il là pour l'aider au final ? Il retira une de ses mains de sa poche. Naho en avait réagit avec un petit pas en arrière, pour garder une bonne distance entre eux deux. Elle perdait ses yeux dans les siens, essayant de lire ce qu'il pouvait bien penser. Au final sans réellement s'y attendre il s'approcha si rapidement d'elle qu'elle n'avait pu y réagir, apposant deux doigts sur son front. Sa vision se brouilla un peu plus et ce qui lui paru une éternité pour tomber ne s'avéra être en faite que quelques secondes. Elle sentait son contact chaud, alors que ses yeux se fermaient lentement. Bizarrement, l'étudiante était rassurée.

*¤*

La demoiselle était là, assise sur cette chaise, les jambes croisées l'une sur l'autre alors qu'elle attendait. Ses cheveux glissait le long de ses bustes, tombant jusqu'à son ventre. Elle passa une main nerveuse dans ses cheveux. Ses yeux se fermèrent et l'envie de fumer l'avait prise. Elle avait fumé en étant jeune, mais avec le pouvoir qui s'était développé en elle, cette drogue lui était passée. Elle souriait avait de songer que tout au contraire, son addiction était bien rester dans son sang. La peur la décida à agir.

La porte s'ouvrit alors devant une chaise vide. Naho avait préféré s'enfuir plutôt que d'affronter cet entretien.

Elle se retrouvait allonger dans un champ, à regarder des nuages dessiner lentement pour elle, sous le trait de pinceau du vent. Elle souriait en tendant sa main de temps à autre pour confirmer son dessin en traçant des lignes invisible du bout de son doigt. Sa main se crispa d'un coup, la faisant trembler. Elle avait l'impression qu'on passait un fil dans sa main pour la recoudre. Elle se mordilla ses lèvres avant qu'elle essayer d'effacer cette sensation. Elle passa une autre main sur ses yeux pour essuyer les larmes qui commençait à apparaitre alors qu'elle se redressait sur ses coudes. Un garçon assis sur un siège la regardait inlassablement. Elle ne put qu'en rougir avant au final se réveiller sous son malaise.

*¤*

Ses yeux mouillés s'ouvrirent alors qu'elle tourna sa tête sur le côté. Ce même garçon que dans son rêve était en face d'elle. Ses joues rougirent alors qu'elle sentait tout son corps engourdit, comme si on l'avait endormi de force. Voulant bouger, elle senti le bandage compressé sa main.

_ J'ai peur de ne pas trop comprendre...

Elle laissa sa phrase en suspens alors qu'elle replaça sa tête de façon à voir le plafond. Il était séduisant ce garçon, mais elle ne s'avait vraiment pas ce qu'elle faisait ici. Ses yeux se reposèrent sur le visage du garçon avant de nouveau se défiler. Elle connaissait déjà James et même si elle ne lui parlait plus pour le moment elle se devait d'être fidèle. Même s'ils n'étaient pas ensemble. Un sourire apparut sur son visage. Elle avait vraiment l'impression d'être un pantin. Son corps figé et sans force. Elle détestait cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La maladresse d'une demoiselle.    

Revenir en haut Aller en bas
 
La maladresse d'une demoiselle.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 06- La maladresse ça fait mal !
» Maladresse [ouverte à une personne]
» La maladresse d’une gaffeuse professionnelle (TERMINÉ)
» Jolie demoiselle... Je vous présente le Loup c'est-à-dire moi! [Jade]
» Bonjour o/ ♥ [Promotion d'la demoiselle Adora]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Yoru :: Le Pensionnat :: L'infirmerie-
Sauter vers: