Pensionnat Yoru


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pause reposante? Pas sûr... [Pv : James]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jaron Rivers

avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Pause reposante? Pas sûr... [Pv : James]   Jeu 25 Nov - 7:56

Aussi loin que remontaient ses souvenirs, Jaron Rivers ne s'était jamais levé aussi tôt. La raison de ce réveil matinal était purement et simplement... météorologique. En effet, le blond avait dormi sur le toit pour ne pas croiser ses camarades de chambre, suite à l'incident de la veille. Mais ce que le jeune homme n'avait pas prévu, c'était qu'une averse s'abattrait à plus ou moins 5h du matin, ce qui l'obligerait à regagner le dortoir. Trempé, glacé, mais décidément plus que réveillé, le jeune homme traversa le couloir et atteignit rapidement sa chambre. Il entrebâilla la porte et fit venir à lui quelques-uns de ses vêtements et le nécessaire pour se laver. un rapide coup d'oeil pour vérifier, les autres dormaient encore. Il referma et se dirigea vers la salle de bains où il prit une douche sommaire, prenant quand même la peine de se laver les cheveux. Le blond s'habilla tant bien que mal, le cuir collant sur sa peau mouillée, et sécha sa tignasse qu'il peigna brièvement. le gothique-punk prit même la peine de se brosser les dents, histoire d'enterrer un peu l'haleine légèrement alcoolisée de la veille. En effet, pour occuper le reste de sa journée le petit démon était parti faire le débauché dans un bar. Rien de bien méchant, il n'avait pas une terrible gueule de bois mais il tenait quand même pas que le prof pense qu'il avait noyé sa honte dans l'alcool.

Jaron n'avait jamais honte. tout ce qu'il faisait, il l'assumait toujours à 300 %. Fier jusqu'au bout des ongles, il n'admettrait jamais, même sous la torture, qu'un jour il avait fait un mauvais choix. L'erreur était humaine mais il y a bien longtemps que Jaron ne se considérait plus comme un humain. Il était autre chose, une entité à part. Démon, dieu ou dieu démoniaque, quoi qu'il en soit il n'était plus comme tout le monde. En toute modestie bien sur. Sa qualité première, de loin. Cette blague ! L'américain était l'arrogance en puissance. Naturellement, il n'avait pas fait la punition infligée par le professeur. D'ailleurs celui-ci avait gaspillé de la salive en la lui donnant. Il savait pertinemment à ce moment-là que le blond n'avait pas du tout l'intention de la faire.

Le jeune homme consulta sa montre. 7:30, il avait le temps d'aller dormir de nouveau. Il retourne donc sur le toit et s'installa à l'endroit même où il avait dormi. Le doux soleil du matin avait fait sécher sa place et les nuages s'émiettaient laissant place un ciel azur. Il entendait déjà des élèves, tous ces gosses sages qui devaient se préparer hypocritement à aller assister à un cours inutile. cette atmosphère amena la réflexion suivante : Pourquoi M. Wilson l'avait-il convoqué ? Certainement pas pour lui faire des remontrances. L'élève perturbateur espérait sincèrement que l'adulte n'avait pas que ça à foutre. donc, dans ce cas là pourquoi ? Peut-être voulait-il le faire revenir sur sa décision de quitter les lieux. Encore une fois, il s'agissait d'une perte de temps. Le blond n'était jamais revenu sur une seule de ces décisions et ce n'était pas maintenant qu'il allait commencer, juste parce qu'un professeur incompétent tenterait de le raisonner. Il sortit son iPod de sa bottine et mit la musique à fond pour éviter de continuer à réfléchir. Cela ne lui allait pas très bien, lui était plutôt la spontanéité.

Ce n'est que 2:30 plus tard qu'il se réveilla. Il se leva en grognant et s'étira, faisant craquer son dos à cause de la position inconfortable dans laquelle il venait de faire une sieste. Le blond prit ensuite le chemin de la salle du professeur, lieu du rendez-vous annoncé. Il prit son temps pour s'y rendre, si bien qu'il arriva pile à l'heure demandée. il détestait être à l'heure, c'est pour cela qu'il attendit cinq minutes dans le couloir avant d'entrer sans frapper. Le professeur était bien là et un sourire légèrement fourbe s'afficha sur le visage de Jaron :


- Je ne me suis pas trop fait désirer, professeur ? Il me semble que vous vouliez me voir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James E. Wilson

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 06/09/2010

MessageSujet: Re: Pause reposante? Pas sûr... [Pv : James]   Ven 26 Nov - 22:09

J'essayais d'oublier la leçon que j'avais passé hier, seulement dans mon agenda restait écrit le nom de Jaron Rivers. Je l'avais convoqué à l'heure de la pause et je me demandais maintenant si j'avais bien fait. De toute façon, il n'en avait pas grand chose à faire, pas vrai ? Je pourrais lui dire n'importe quoi, cela passerait aux oubliettes... Je soupirais et finis par me lever de mon lit, laissant tomber mon agenda au sol. Autant le dire, ma chambre était dans un bordel monstre, je m'étais endormi sur mon violon, serrant mon archet entre mes doigts, j'avais failli le casser par ailleurs en me réveillant... Je n'avais pas réussi à trouver le sommeil, puis il avait fini par m'emporter, au moment le moins opportun.
J'essayais de marcher sur le sol de ma chambre, évitant vêtements, cours, partitions, crayons. Je parvins sans trop de difficulté à la salle de bain, malgré mes yeux semi-clos. La douche acheva mon réveil, j'attachai une serviette autour de ma taille avant d'entrer dans mon débarras, pardon, ma chambre.

Je cherchai pendant quelques minutes des habits propres que je ne trouvai pas, puis décidai simplement d'en prendre depuis mon armoire, ça irait sûrement mieux. Une fois habillé je récupérai mes affaires utiles et rangeai mon violon dans mon étui. J'avais besoin d'air à présent, une fois mes affaires de cours dans ma mallette, je me décidai à enfin sortir. Je dévalais les escaliers avant de vérifier mon courrier. Pub, pub, pub. Je le posais sur l'étagère, ça intéresserait peut-être quelqu'un, mais moi je n'avais guère de temps à considérer à ces prospectus.

Je marchai en direction de l'école sans vraiment avoir la foi, ce cours d'hier m'avait complètement cassé. Je m'en étais mieux sorti devant une autre classe, après, mais cela ne m'enlevait pas cette mauvaise impression, cela ne m'enlevait pas le fait que je n'étais probablement pas fait pour l'enseignement, je ne supportais pas la médiocrité, je n'étais pas vraiment patient et je n'avais pas la bonne pédagogie. Je souffrais en me rendant à cette évidence, j'avais réussi mes diplômes parce que j'étais assez intelligent, mais ça ne faisait pas de moi et bon professeur. J'eus une pensée émue en songeant à Amélie en professeur. Pour sûr que tous les élèves l'auraient apprécié, elle. L'image de Naho me vint ensuite, cette jeune femme qui perturbait mon esprit tout en le soulageant parfois, j'aurais aimé la croiser aujourd'hui, seulement elle m'évitait. Évidemment, qui aurait envie d'être ami avec un professeur ? Elle avait dû se rendre à l'évidence... Cela me rendait un peu triste de me dire qu'elle ne viendrait plus vers moi. En fait, je ne savais pas vraiment quoi penser d'elle, je ne l'avais rencontré qu'une fois et elle m'avait dragué, sauf que je lui avais présenté les faits et je l'avais fait partir... Je serrai un peu plus le poing sur ma mallette alors que je pénétrai dans l'enceinte de l'établissement.

Je pris place dans ma salle pour démarrer mon premier cours, je n'avais pas vraiment envie d'être là, mais au final, ces élèves-là étaient plus intéressés, sûrement des sans pouvoir. Alors le cours s'était très bien passé, j'ai eu de bons retours et cela m'avait semblé bien plus facile de leur enseigner à eux plutôt qu'à ma classe de... de... Bon je ne trouvais pas de termes assez dur pour les qualifier, alors je préférais éviter d'y penser alors que je me retrouvais dans la salle des professeurs, qui était déserte. Tant mieux, avec le petit démon qui n'allait pas tarder à se pointer... Enfin, j'avais encore une petite heure devant moi pour m'organiser... Je ne savais pas vraiment ce que j'allais lui dire, enfin si, je le savais, je voulais simplement m'assurer qu'il répondrait... Enfin, si ce n'était pas le cas, je le laisserai simplement dire ce qu'il voudrait puis il partirait. Je ne dépenserai pas plus d'énergie pour quelqu'un qui ne montrait pas ne serait-ce qu'une once de bon sens.

Mon heure de répit passa finalement assez rapidement, j'avais trié mes papiers, bu mon troisième thé de la matinée et préparé le sujet de ma prochaine leçon, la cloche avait sonné, mais je continuai mon travail sans trop y faire attention, quand quelqu'un entra dans la pièce, je levais la tête de mon bureau et pu voir Jaron qui entrait dans la salle.

« Bonjour Jaron, figures-toi que j'ai des occupations, par ailleurs, normalement on frappe avant d'entrer, surtout dans la salle des professeurs. »

Ma voix était un peu sèche, mais c'était tout ce qu'il méritait après tout, je lui indiquai le siège en face de moi, il appartenait à un autre professeur, mais après tout, puisqu'il n'y avait personne... J'observais Jaron s'asseoir avant de reprendre.

« Aurais-tu quelque chose à me remettre ? »

Je rangeais mes papiers afin d'être prêt pour la prochaine heure alors que j'attendais la réponse de mon élève, je me doutais cependant qu'il ne l'avait pas... C'était simplement histoire de lui rappeler quelle était ma position et quelle était la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaron Rivers

avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: Pause reposante? Pas sûr... [Pv : James]   Lun 29 Nov - 8:51

« Bonjour Jaron, figures-toi que j'ai des occupations, par ailleurs, normalement on frappe avant d'entrer, surtout dans la salle des professeurs. »

Le moins que l'on pouvait dire, c'était sa voix était glaciale. Et cela fit s'agrandir le sourire sur les lèvres de l'élève. Arriver à influencer l'humeur de quelqu'un d'autre, c'était déjà un peu remporter une victoire. Je pris place sur le fauteuil qu'il m'indiquait et attendit. Je remarquais au passage que la salle des professeur été déserte. Tant mieux, l'expression serait plus libre.

« Aurais-tu quelque chose à me remettre ? »

Décidément, ce prof croyait en la Sainte vierge. enfin non, peut-être pas car on voyait bien sur son visage qu'il n'espérait pas vraiment. c'était peut-être juste pour la forme. Quoi qu'il en soit Jaron fit mine de réfléchir un moment avant de reposer son regard démoniaque et insolent sur l'adulte en attente. C'était sa dernière journée ici et il comptait bien en profiter pour pourrir la vie à un maximum de personnes. et commencer par M. Wilson, puisqu'il était là.

- Non je n'ai rien. Ah vous parlez peut-être de la punition d'hier ! En fait, je n'avais pas très envie de la faire.

Puis soudain, son regard auparavant amusé devint sérieux. Enfin, sérieux n'était peut-être pas le mot. Cinglant serait peut-être plus approprié, même s'il ne s'appliquait pas au regard. Il voulait remettre les choses en ordre et faire voir à son professeur que, même s'il était un perturbateur, il n'était pas pour autant con. qu'on le prenne pour un imbécile, ça il ne pouvait pas le supporter. Il n'en avait peut-être pas l'air, mais il lui arrivait de réfléchir quelquefois. Et cette convocation, il savait qu'il ne la devait pas qu'à la punition. Le jeune homme se pencha en avant, posa ses coudes sur ses genoux et planta ses yeux sombres dans ceux de l'homme.

- Vous ne m'avez pas fait venir que pour ça. J'espère que vous n'êtes pas aussi stupide. Alors quelle est la vraie raison de ma convocation?

Le blond n'avait pas de temps à perdre. Il avait sa valise à faire et cela en évitant ses camarades de chambre. Ce qui risquait donc de prendre du temps, surtout si Kira tenait à le voir avant qu'il parte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James E. Wilson

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 06/09/2010

MessageSujet: Re: Pause reposante? Pas sûr... [Pv : James]   Mar 30 Nov - 20:25

Evidemment, comment aurais-je pu attendre autre chose de sa part ? Non seulement il n'avait pas fait la punition, mais il semblait en plus très fier de son petit manège. Je n'ajoutai rien, ce serait lui faire plaisir et je le savais, je me contentais donc de le regarder, puis j'eus moi-même un fin sourire en entendant sa question.

« Bonne déduction, je ne suis pas aussi stupide, mais c'est bien dommage, tu as beau être américain, tu as vraiment des progrès à faire. Enfin, je suppose qu'on ne peut pas être parfait. »

Je me levai lentement et me dirigeai sans un bruit vers la porte de la salle des professeurs pour la verrouiller, j'avais néanmoins prévenu mes collègues de cette petite entrevue, mais on ne savait jamais. Je revins m'asseoir en face du jeune homme, je ne prenais pas mon temps, mais je laissais traîner un suspens, en quelque sorte, je lui rendais la monnaie de sa pièce. Il m'avait fait perdre mon temps ? Je lui ferai perdre le sien, et avec plaisir en plus.

« Je veux savoir qui tu es, quel est ton pouvoir et pourquoi tu agis de cette façon. »

Mon regard était sévère et l'intonation de ma voix aussi, autant dire qu'elle n'accepterait pas de « ce n'est pas vos affaires » cette fois, j'attendais qu'il soit un peu adulte cette fois. C'était moins facile, c'est sûr, de prendre le temps de répondre plutôt que de faire valdinguer des chaises et de se barrer, mais j'avais décidé de lui donner cette chance, je m'en voudrais peut-être plus tard, mais ça pour le moment, ce n'était pas important. J'espérais qu'il aurait le courage de se justifier pour ses actes et de me parler réellement, le Jaron rebelle ne m'intéressait pas vraiment, c'était divertissant cinq minutes mais après, ça n'avait aucun intérêt.

« Et je veux des réponses claires et honnêtes, tu ne peux pas toujours te défiler, Jaron. »

Il avait dit qu'il s'en allait et je voulais m'assurer qu'il ne créerait pas de problèmes au niveau du secret de cette institution. Je savais qu'il avait un pouvoir, ou que du moins, il était au courant de quelque chose. Et s'il était comme Ayumi, un sans pouvoir qui avait découvert la vérité sur ce pensionnat ? Eh bien, ça me ferait un nouvel élève à apprivoiser, sauf que lui semblait plus sauvage et violent, pas si facile donc... Et surtout celui-là serait bien capable d'aller tout révéler ! Au final, si après tout cela je n'obtenais pas ce que je voulais, ce serait tant pis pour lui. Je lui accordais le temps de ma pause, pas plus, pas moins. Enfin, s'il ne partait pas avant comme un petit chaton apeuré. Je souris intérieurement, le vrai Jaron était peut-être bien comme ça, cela prêtait à rire, mais je ne le fis pas, mon visage restait neutre, il valait mieux ne pas trop le taquiner pour le moment, sinon il risquait de partir en vrille avant de m'en avoir appris un peu sur son existence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaron Rivers

avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: Pause reposante? Pas sûr... [Pv : James]   Mer 1 Déc - 6:31

Jaron grogna mentalement lorsque l'autre lui rappela sa nullité dans sa propre langue. Mais ce n'était pas ce minuscule détail qui allait lui enlever sa perfection, non mais. Des films obscènes se dessinèrent dans son imagination lorsqu'il vit le professeur se lever et que le verrou se ferma en un léger "clac". Pourquoi est-ce que M. Wilson tenait tant que ça à ne pas être dérangé? se demanda-t-il, un sourire pervers aux lèvres. Il se résonna cependant en entendant une phrase sortir de la bouche de l'adulte avec un ton vraiment pas aimable :

« Je veux savoir qui tu es, quel est ton pouvoir et pourquoi tu agis de cette façon. »

Sa voix et ses yeux intimaient une réponse claire. Tant d'exigences, ce prof se prenait-il pour le maître du monde ? Et puis pourquoi demandait-t-il ça ? Il ne fallait pas faire croire au blond que l'adulte éprouvait la moindre once d'intérêt pour sa vie. Non mais franchement, ce serait vraiment comique. Lui-même n'en avait rien à foutre. Encore, que Kira s'inquiète un peu, cela il le comprenait, mais un misérable prof d'anglais ne devait rien avoir à tirer d'un tel interrogatoire. Peut-être essayait-t-il de voir si l'élève était capable de se maîtriser de temps en temps. Et bien au risque de le surprendre c'était le cas. Ça serait trop fatigant d'être à cran tout le temps. Voyant sans doute que, obnubilé par ses pensées, l'adolescent ne répondait pas M. Wilson ajouta :

« Et je veux des réponses claires et honnêtes, tu ne peux pas toujours te défiler, Jaron. »

Si cette phrase ne réveillait pas le tigre, c'était quand même limite. C'était de la pure provocation là. « Défiler » était un terme qui convenait aux lâches, aux peureux, aux traîtres, mais de Jaron n'était rien de tout cela. C'était presque l'insulter que de mettre cela dans une phrase qui lui était destinée. L'expression de son visage se durcit à cause de la colère grimpante. Il répondit au professeur d'une voix acide :

- Me défiler ? J'ai vraiment l'air d'une mauviette?

La, il aurait pu envoyer le professeur se faire voir. Il décida cependant, très raisonnablement, contrairement à son habitude, de répondre aussi calmement il le pouvait. Dans sa voix perçait pourtant l'agacement, et l'animosité. Franchement, aimeraient-ils cet imbécile qu'on se mêle de sa vie? Sûrement pas, alors qu'est-ce qu'il venait se mêler de celle des autres? Mais sa question éveilla quand même la curiosité du jeune homme. Elle supposait que le professeur aussi avait des pouvoirs. Dans ce cas, de quelle nature étaient-ils? Et s'en servait-il sur ses élèves? À bien regarder le professeur, l'Américain déduisit que c'était plutôt un don de nature mentale. Quelque chose comme la capacité de lire dans les pensées, de contrôler le temps ou un truc dans ce genre. Lire dans les pensées ? Ouh dangereux comme don ! Mais bon, ça ne devait pas être ça, sinon il ne poserait pas question...

- Qui je suis, vous le savez. Je suis Jaron Rivers, télékinésiste, et je fais tout ce que je peux pour emmerder le monde. Cela satisfait-il votre curiosité ou vous préférez une autobiographie dédicacée? Je ne vois pas pourquoi vous voulez savoir ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James E. Wilson

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 06/09/2010

MessageSujet: Re: Pause reposante? Pas sûr... [Pv : James]   Mer 1 Déc - 20:32

C'était assez méchant, ce que je faisais, mais en fait, je m'en fichais. Je voulais des réponses et je comptais bien les avoir. Et s'il était trop stupide ou trop fier pour y répondre, alors ce serait tant pis pour lui. Je n'avais pas l'intention d'être spécialement gentil ou aimable avec lui, je ne jetais pas toute la responsabilité de mon échec sur ses épaules, j'avais été mauvais, mais justement, je tenais à me rattraper. Je voulais pouvoir lui soutirer des informations, je voulais savoir si son cas valait le coup que je prévienne la directrice. Je savais que elle était au courant pour les pouvoirs, même si je ne lui avais encore jamais parlé directement, elle était la personne à qui l'on devait s'adresser en cas de problème. Néanmoins, je n'étais pas encore sûr que Jaron en soit un, de problème.
Le bougre avait plutôt intérêt à me répondre, je me doutais qu'il avait un pouvoir, je l'espérais mais, lui ne bougeait pas, sûrement dans ses pensées. Je décidais donc de le provoquer encore pour le faire réagir et évidemment, cela fonctionna.
Ce garçon avait pour sale manie de s'emporter assez rapidement tout de même... Bon, je ne pouvais pas vraiment dire quelque chose là-dessus toute fois, vu que mes nerfs lâchaient assez facilement ces temps-ci. Jaron me demanda s'il avait l'air d'une mauviette. Question rhétorique évidemment, même si j'avais bien envie de lui faire un bilan psychologique à l'instant. Seulement, il me semblait que l'on avait pas vraiment le droit d'attaquer un élève, ce qui était fort dommage.

Petit et sûrement complexé, tyrannique, se présentant comme une déité, souhaitant être suivi mais ne voulant pas suivre, s'emportant facilement, avec des idées tranchées et un esprit de contradiction. Ouais, il avait tout pour finir en dictateur ce gamin et ça, valait mieux que je le garde pour moi.

Enfin, il finit par répondre, je ne fis pas attention à la forme, ne gardant que la forme, c'était donc un télékinésiste. Intéressant, mais rien qui pourrait vraiment m'être utile, dommage. Quant à pourquoi je voulais ces informations, je n'allais pas non plus lui dire comme ça.


« Tu as dit que tu partais non ? »

Je le regardais sans une expression, qu'il parte ou pas, d'un point de vue personnel, je m'en fichais.

« Je vérifie tes intentions et « emmerder le monde » n'est pas réellement considéré comme une bonne chose. »

Même s'il fallait dire qu'il excellait dans ce domaine, je ne comptais pas lui en faire la remarque, cela risquerait de le satisfaire.

« Qu'est-ce qui te plaît dans tout ça ? Ça t'apporte de la satisfaction ? »

Bon sang que je détestais ça, interroger les gens. Je préfèrerais qu'il réponde tout simplement, mais je devais faire de mon mieux, c'était une partie de mon job dans ce pensionnat spécial, si un élève montrait une incapacité à suivre un cours, ne se présentait pas en cours ou encore se manifestait comme un danger pour le « secret », alors une entrevue était prévue, et si celle-ci n'était pas satisfaisante, il fallait voir avec la directrice et autant dire que je n'avais pas spécialement envie de lui raconter ce qu'il s'était passé dans mon cours. Puis d'une certaine façon, malgré ce qu'on pouvait croire en lisant mes pensées, je pensais un minimum à mes élèves. Jaron, je l'aurais sûrement apprécié si j'avais son âge, je l'aurais apprécié sans l'approcher car il n'était pas le genre de fréquentation que mes parents m'auraient conseillé. Je me concentrais sur le garçon, je me demandais jusqu'à quand il risquerait à l'envie de partir et de me crier dessus par la même occasion. Enfin, j'avais vérifié le plus important, apparemment son but était pas vraiment de tous nous dénoncer, il ne voyait pas les choses en si grand ou du moins, pas pour le moment. Le pire, c'est qu'il n'avait pas l'air de se soucier de grand chose, de penser à grand chose. Il avait une petite amie qui semblait tenir à lui, il vivait dans un endroit assez agréable, il avait tout à portée, il vivait sans ses parents, ce que tout adolescent normalement constitué souhaiterait un jour ou l'autre, mais avait tout de même décidé de partir, enfin, il parlait de partir. C'est vrai quoi, rien ne me disait qu'il partirait, mais par simplicité je préférais le croire et faire avec cette idée première.
Allez petit Jaron, dis-moi que tu n'as rien d'un psychopathe dégénéré, qu'on puisse en finir avec tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaron Rivers

avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: Pause reposante? Pas sûr... [Pv : James]   Jeu 2 Déc - 9:50

« Tu as dit que tu partais non ? »

Exact, et on voyait bien que le professeur s'en fichait comme de sa première paire de chaussettes. À vrai dire, c'était plutôt compréhensible. Qu'est-ce que cela changerait dans sa vie ? Pas grand-chose, si ce n'est qu'il pourrait donner des cours normaux et chiant.

« Je vérifie tes intentions et « emmerder le monde » n'est pas réellement considéré comme une bonne chose. Qu'est-ce qui te plaît dans tout ça ? Ça t'apporte de la satisfaction ? »

Voilà la partie qu'il préférait. Celle où il devait expliquer le fonctionnement de son esprit tordu au petit cerveau retardé du professeur. Pourtant, son objectif était simple. Même un enfant de cinq ans pour le comprendre qu'un adolescent comme Jaron ne souhaitait qu'une chose : ne pas être oublié. Avec des parents je-m'en-foutiste au possible et un frère qu'il projetait de tuer, qui se souviendrait de lui après sa mort?

- Effectivement, je pars. Et ce que je veux, c'est laisser une trace.

Il fit une pause de presque une minute durant laquelle il fixa un point dans le vide à travers la fenêtre de la pièce.il se demanda s'il devait parler de l'assassinat qu'il projetait. Et il se dit qu'au final, même si le prof voulait l'en empêcher que pourrait-il faire pour l'arrêter ? Rien du tout. On n'arrête pas un adolescent décidé. Surtout un aussi jusqu'au-boutiste que lui.

- Je veux que, lorsque l'école recevra une petite lettre bien sympathique disant que j'ai assassiné mon sociopathe de frère avant de me donner la mort alors que j'étais encore sous la responsabilité de la directrice, chacun se souvienne du petit emmerdeur que j'ai été.

Et oui car en tant que mineur, s'il partait sans l'accord de ses parents, techniquement il serait encore sous la responsabilité du pensionnat. Et les parents ne donneront jamais leur accord. Il comptait fuguer bien sûr. Le gothique-punk partirait au nez et à la barbe des autorités. Il serait plus rapide qu'eux. Il avait un plan en or pour ça.

- C'est la meilleure des satisfactions. Personne ne se souvient des élèves moyens et sages, par contre les empêcheurs de tourner en rond restent gravés dans la mémoire de tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James E. Wilson

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 06/09/2010

MessageSujet: Re: Pause reposante? Pas sûr... [Pv : James]   Jeu 2 Déc - 11:11

Je le regardais sans ciller alors qu'il me donnait sa réponse, j'attendais patiemment, bras croisés. J'adoptais une attitude défensive, mais en même temps c'était comme ça que j'étais. Je ne supportais pas que l'on s'attaque à moi ou quelque chose relatif à moi. Or, ce gamin commençait à m'échauffait, enfin, plutôt, il entretenait le feu qui sommeillait en moi depuis la mort d'Amélie, cette colère qui ne demandait qu'à sortir, mais que je maintenais, pas question de perdre les pédales face à un gnome lui même coléreux. Un élève au courant de ces problèmes de nerfs – soit Eichi – c'était déjà trop.

Le garçon me dit qu'il voulait laisser une trace. On aurait dit une phrase tout droit sorti de la bouche d'un de ces adolescents qui avait tué élèves et professeur lors d'une fusillade dans leur lycée. Avais-je eu une bonne intuition ? Si oui, c'était vraiment un problème et je ne pouvais pas le laisser faire.
Je le regardais toujours avec la même expression neutre sur le visage, une année auparavant, je l'aurais sûrement attrapé par le col jusqu'à ce qu'il me révèle tout ce qu'il savait, mais là, j'étais plus calme, comme plus serein. Je pensais que de toute façon, le pire m'étais déjà arrivé, il pouvait me menacer de me tuer sur place que ça ne changerait rien, la seule chose c'est que je ne le lui laisserais pas faire de mal aux autres personnes de l'établissement. Sauf qu'apparemment, ce n'était pas ce qu'il projetait de faire.

J'écoutais ses projets, tuer son frère puis se suicider, faire porter le chapeau à l'école. C'était bien vu, pour se faire remarquer. Il y aurait une enquête, sûrement un jugement dans les grandes instances, l'Etat s'en mêlerait, on reprochera à la directrice le manque de surveillance, aux mutants d'être de vilains dégénérés... Oui, c'était réellement bien vu. Je l'écoutais me dévoiler son plan, j'avais donc eu raison, lui il valait mieux que je le surveille. J'avais néanmoins dans l'idée de lui faire passer l'envie de cette fugue et de cet assassinat.

« Donc pour toi, le meilleur moyen de laisser une trace, c'est de mourir, de disparaître ? »

J'arborais un petit sourire qui se voulait narquois, provocation, encore et toujours, de toute façon, il n'y avait vraiment que ça qui fonctionnait avec le blond.

« Pourtant, tu sais, les morts, ça s'oublie vite. Tu crois vraiment que la directrice portera le chapeau ? Mais voyons, l'institution est plus plus forte qu'un gamin. Ce genre de choses est déjà arrivé et arrivera encore. On est déjà tous considérés comme des monstres, alors un de plus, un de moins... »

Je ne bougeais toujours pas, observant la moindre de ses réactions, j'arrêtais de sourire, car je n'en avais pas vraiment envie, il fallait le dire. Je me concentrais un instant, mon plan allait se mettre en action dans un instant, il me fallait du calme, je l'avais, de l'énergie, j'en avais, tout était parfait.

« Si tu ne me crois pas, je vais te montrer le futur, et tu verras. »

Je lui souris et écarta les mains juste en face de mon visage, dévoilant une sorte d'écran. Bienvenue dans la cinémathèque de la Wilson's Company ! Mon illusion fit apparaître un écran noir, on pouvait y voir un Jaron s'échappant de l'institution, puis encore un écran noir, puis une réunion de la directrice, annonçant la mort de Jaron, elle avait caché l'assassinat. Puis un drapeau en berne, une affiche pour Jaron. 30 jours, 60 jours, 120 jours... Puis, plus rien. L'affiche avait disparue, jetée dans une poubelle quelconque, et la vie continuait, sans lui.

J'arrêtais l'image, ne faisant aucun commentaire, me levant simplement pour aller me servir un thé. Je le trompais, mais c'était néanmoins ce que je pensais, la directrice ferait tout pour taire l'affaire et personne ne se souviendrait de lui au bout d'un an, tout le monde se fichait de tout le monde, ça n'avait pas d'importance. Il ferait mieux de rester en vie et de faire chier tout le monde quotidiennement, il aurait déjà plus de chance de marquer les esprits.
Ma tête tournait, évidemment, encore à cause de mon illusion. Je revins m'asseoir après quelques instants, mon thé chaud dans une main. Je bus une gorgée avant de reposer la tasse, j'observais toujours le garçon avec intérêt, ça m'étonnerait qu'il change d'état d'esprit. Dommage, pour une fois qu'un élève sortait un peu du lot, il fallait qu'il veuille en finir rapidement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaron Rivers

avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: Pause reposante? Pas sûr... [Pv : James]   Ven 3 Déc - 3:03

« Donc pour toi, le meilleur moyen de laisser une trace, c'est de mourir, de disparaître ? »

L'adolescent resta indifférent face à la bravade du professeur. Du moins en apparence, car en réalité il mourait d'envie d'exploser et de lui casser la figure. Mais il savait que s'il frappait le professeur, il se ferait renvoyer et tout son plan tomberait à l'eau. Il devait garder son calme jusqu'au bout. Mais franchement, la tentation était très forte.

« Pourtant, tu sais, les morts, ça s'oublie vite. Tu crois vraiment que la directrice portera le chapeau ? Mais voyons, l'institution est plus plus forte qu'un gamin. Ce genre de choses est déjà arrivé et arrivera encore. On est déjà tous considérés comme des monstres, alors un de plus, un de moins... »

Il se jurait intérieurement de ne croire aucun des mots qui pourraient sortir de la bouche de l'adulte. De toute façon, cela n'était pas crédible. Si vraiment il s'en fichait il ne serait pas là en train de tenter de le dissuader. Jaron avait certes beaucoup de défauts, il s'emportait vite, avait un très gros penchant pour la bagarre et pour l'alcool, il adorait se moquer des autres, les tourner en dérision. Bref, le blond pouvait passer pour un simple emmerdeur stupide, mais il avait tout de même suffisamment de jugeote pour voir que tout cela ne tenait pas la route.

« Si tu ne me crois pas, je vais te montrer le futur, et tu verras. »

Un écran apparu entre les mains du professeur. Une sorte de films comme au cinéma se diffusa dessus. L'adolescent pouvait y voir sa propre évasion suivie d'une réunion où la directrice annoncée sa mort tout en dissimulant l'assassinat d'Avery. La garce, pensa de Jaron. Il vit ensuite une petite affiche, symbolisant le deuil, qui fut abandonné au bout de quelques jours. Puis l'écran disparu et le professeur se leva. Jaron le suivi des yeux méfiants. Et cela, devait-il le croire? L'adulte avait annoncé pouvoir lui montrer le futur. Peut-être bien qu'il ne mentait pas… Non, se résonna Jaron. Personne ne peut voir le futur, personne ne devrait être assez prétentieux pour dire qu'il pouvait voir ce que l'avenir réservait. Et personne, pas même si Wilson, ne devrait se permettre de se moquer ainsi de Jaron. Ce dernier afficha un sourire carnassier tandis que le professeur revenait s'asseoir :

- Ainsi, vous créez des illusions ? Ne me prenez pas pour un imbécile, je sais que le futur n'est pas écrit.

Sur ces mots, le blond se leva, posa la main sur sa hanche et ajouta d'un ton hautain :

- Vous ne pouvez pas comprendre mes motivations. Et comme disait mon auteur préféré « il vaut mieux mourir incompris que passer sa vie à s'expliquer ».

Il fit volte-face et posa sa main sur la poignée. Il posa le doigt de son autre main sur le verrou, mais avant de le tourner, il dit une dernière chose :

- Sur ce je vous laisse. Je vous souhaite une très mauvaise continuation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James E. Wilson

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 06/09/2010

MessageSujet: Re: Pause reposante? Pas sûr... [Pv : James]   Ven 3 Déc - 15:02

Évidemment, le gamin était trop entêté pour me croire, pénible ça. Je le regardais alors qu'il me démasquait, mon visage était toujours neutre, j'étais maître de moi-même mais pas de la situation, ce qui me déplaisait forcément. Il était facile de retourner le cerveau d'adolescents dits normaux, mais malheureusement pour moi, Jaron n'était pas de ceux-là, seulement, je pensais l'avoir quand même touché, alors son cerveau ferait peut-être le reste. Il me disait que le futur n'était pas écrit... Et pourtant, de quoi pouvait être sûr dans ce monde ? Je lui rendis son sourire, amusé. Ça avait un côté triste, son histoire, parce que son but n'allait pas être éteint. Shakespeare a laissé une trace, Van Gogh aussi. Jaron Rivers ? Combien de jours suffiront à le faire disparaître ? Sûrement pas plus que ce que j'avais annoncé.

Puis, je savais qu'il y avait du vrai, la directrice ne prendrait sûrement pas le risque de révéler l'assassinat aux pensionnaires, sinon cela déclencherait plus de problèmes... Alors qu'un simple suicide, c'était une chose malheureuse, mais bon, ça arrivait. Je soupirais un instant, alors que le garçon se levait, d'un air fier, pour me dire que je ne le comprenais pas. Ça, non, mais de toute façon, aucun humain ne pouvait en comprendre un autre, tout simplement parce que nous sommes seuls, nous ne ressentons jamais ce que les autres peuvent ressentir, nous sommes des créatures solitaires, qui pensent être capables de tout comprendre, mais qui en fait ne le sont pas une seconde. Il parlait comme un vieillard, ou comme quelqu'un ayant une véritable cause. Et ça j'en doutais, de toute façon je ne pensais pas réellement pouvoir l'arrêter, au point où il en était. Je trouvais juste cela dommage et je ferai mon possible pour l'en empêcher, tout simplement parce qu'il m'avait mis au courant et que je ne pouvais pas le laisser faire. C'était une sorte de principe qui m'apparut. Et puis, c'était comme ça que j'étais avant, aussi.


Le garçon se tourna, pour sortir de la salle. Il resterait dans l'institution pendant assez de temps pour que je puisse prévenir la directrice et qu'elle fasse son possible avec les autorités. Il me souhaita une mauvaise continuation. Bien sûr, que pouvais-je attendre de lui ?


« Bien, je suppose que je ne puisse pas te souhaiter le meilleur, comme c'est au pire que tu aspires. »

Je le regardais sortir, j'attrapais rapidement un papier et un crayon, il fallait que je l'écrire pour le visualiser, vite. Je notais ce que Jaron venait de me dire, qu'il comptait quitter l'établissement et ses projets futurs. Je pris ce papier dans mon poing et me levai pour aller à un pc, je ne pouvais pas envoyer une illusion, ne sachant pas si elle l'aurait reçu. J'allumais l'ordinateur, me connectait à ma session pour envoyer un mail à la direction, remplissant le formulaire.
C'était tout ce que je pouvais réellement faire, alors j'allais le faire, s'il ne pouvait pas lui-même se raisonner, les autorités allaient s'en charger pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaron Rivers

avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: Pause reposante? Pas sûr... [Pv : James]   Dim 5 Déc - 8:17

« Bien, je suppose que je ne puisse pas te souhaiter le meilleur, comme c'est au pire que tu aspires. »

Jaron claqua la porte derrière lui, un sourire aux lèvres. Pendant l'entrevue, son portable avait vibré. Il l'attrapa et pu y lire un message de son complice : " Tout est prêt, la voiture t'attend devant le pensionnat. Je t'attends à l'aéroport. "

Ce mec lui devait la vie, et aujourd'hui ce mafieux richissime qui avait faillit se faire assassiner par Avery allait payer sa dette. Il faudrait dix minutes au blond pour quitter le pensionnat, dix pour rejoindre le jet, et dix autres pour décoller. En tout une demi heure pour partir. Tout s'imbriquait parfaitement, comme les pièces d'un puzzle. Un bref passage à sa chambre pour prendre un sac contenant le minimum (il laissait sa valise là) et le voilà assis à l'arrière de la berline. Durant le court trajet, il repensa à Wilson qui devait être en train de prévenir la directrice, qui elle-même prévenait les autorités. Le blond repensa également à Kira qui ne devait pas se douter de ce qui se passait. Il lui écrirait peut-être une lettre avant de mourir, s'il avait le temps. Il pouvait déjà voir l'aéroport. Chaque seconde qui passait le rapprochait de son objectif : gagner le jeu. Même si cela signifait la mort de son frère et la sienne, c'était vraiment grisant. Avery était sociopathe. Jaron devait certainement avoir une maladie mentale encore pire...


Fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pause reposante? Pas sûr... [Pv : James]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pause reposante? Pas sûr... [Pv : James]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Morrell James ( Haiti Democracy Project) 202-588-8700
» Davy James' Fiche technique
» With Aristide's return comes hope (Selma James, widow of C.L. R. James)
» All i wanted was you [PV James Stanford]
» La pause Olympique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Yoru :: La partie cours :: Bâtiment N :: Salles de classe-
Sauter vers: