Pensionnat Yoru


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Comme un besoin d'air... [PV Takeshi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Misato Komatsu

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 27/10/2010

MessageSujet: Comme un besoin d'air... [PV Takeshi]   Mar 21 Déc - 21:56

Aah, du temps libre... Ce que ça fait du bien, parfois. Mais du temps libre enfermé, c'est pas génial. C'est pour cela qu'en ce jour, j'avais décidé de monter discrètement sur le toit pour profiter pleinement de ma pause.

Empruntant le magnifique escalier, je m'étais faufilée jusqu'au toit, avant de m'allonger, yeux fermés, respirant à plein nez l'air pur qui m'emplissait les poumons et me procurait une sensation de bien-être unique. Cette fraîcheur... Cela faisait un bout de temps que je n'avais pas eu l'occasion de la savourer à ma guise. Puis, lassée de rester sans bouger, je m'étais levée, et j'avais entrepris de marcher sur le petit muret censé éviter de hautes et dangereuses chutes. Les bras écartés, les paupières closes, j'avançais, encore et toujours, posant un pied, puis l'autre, sur l'étroit muret. Fléchissant le genou, je descendais mon pied droit jusqu'à toucher le sol, puis je venais le poser sur le ciment. Ensuite, c'était le tour de l'autre pied. Sauf que là, je ne touchais pas le sol, mais le vide. Je souris.

Non, je n'étais pas suicidaire. Loin de là. Je tenais à la vie. J'aimais seulement cette magnifique sensation d'adrénaline qui parcourait mes veines à chaque pas que je faisais. Soudainement prise d'un élan de folie, je sautai et exécutai un demi-tour en l'air, avant de retomber lestement sur mes pieds, toujours sur le muret. Je balançai un pied gracieusement, avant de courir avec légèreté. Je ralentis, puis effectuai une petite figure que j'avais apprise dans mon ancien lycée, en gymnastique. Là, nostalgie.

Enfin était venu le jour des compétitions de gymnastique. Contrairement à toutes mes camarades, je souriais, appréciant ce sentiment de stress, de trac. Assise sur un banc, je regardais mes amies passer l'une après l'autre, répétant dans ma tête mon enchaînement. Puis vint mon tour.

Je me levai et me dirigeai vers les tapis. Je saluai le jury d'un lever de main rapide mais gracieux, avant de monter agilement sur la poutre. J'enchaînai les figures les unes après les autres, ne ratant aucun mouvement. J'agissais avec harmonie et avec une agilité apparente. Enfin, je fis une sortie périlleuse mais retombai sur mes pieds, avant de saluer une nouvelle fois le jury, tout sourire. Mon enchaînement était parfait. Je rejoignis ma place, les lèvres étirées jusqu'aux oreilles, fière de ma représentation. Je savais que j'allais être appelée dans quelques heures, lors de la remise des médailles. En effet, j'obtins le plus haut grade.


Je souris à ses souvenirs, joyeux mais douloureux. Car cette année-là n'était autre que l'année de mes quatorze ans, période difficile et malheureusement mémorable. Mon visage se rembrunit, et je m'assis sur le muret, jambes se balançant dans le vide. Un toussotement derrière moi me fit tourner la tête, et j'aperçus un homme debout. Il faisait partie du personnel du pensionnat. Je me mordis la lèvre. L'accès au toit était interdit. Étais-je sur le point d'avoir des problèmes ? Je croisai les doigts dans mon dos, détaillant le visage de l'homme. Il semblait avoir la vingtaine. Sa peau pâle concordait superbement avec ses traits d'une douceur incomparable. Ses lunettes encadraient des yeux d'un bleu perçant mais agréable. Ses cheveux étaient d'un noir de jais. En somme, il était charmant. Vraiment charmant. Je me tournai entièrement afin de lui faire face, ramenant mes genoux contre moi. Je levai un sourcil, attendant qu'il parle, priant pour ne pas avoir d'ennuis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takeshi Mitsuyama

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 21/10/2010
Age : 26

MessageSujet: Re: Comme un besoin d'air... [PV Takeshi]   Mer 22 Déc - 0:03

Qu'est-ce que ça pouvait être chiant! Des journées pareilles, c'était vraiment l'horreur et Takeshi les avaient justement en horreur. Pourtant, elles se suivaient toutes et se ressemblaient et ça, c'était vraiment à mourir. Loin d'être un homme d'action qui aime l'imprévu, l'infirmier aimait par contre une forme de tranquilité bien précise, qui n'engageait pas d'être coincé dans une pièce pendant des heures, à voir passer des patients tous plus inutiles les uns que les autres. "Oh, Sensei, j'ai mal au ventre!", ou alors "Oh, Sensei, j'ai mal à la tête!". Tous recevaient la même réponse très éloquente et directe: "Dégage et retourne en cours!". Bien entendu, il savait reconnaître quelqu'un qui avait vraiment mal mais bien trop souvent, ce n'était pas le cas et dans ce cas de figure, il ne se gênait pas pour agir comme il l'avait toujours fait: avec aucun civisme et aucun savoir-vivre.

Mais là, c'était mort, pour le coup: mort, mort, mort et archi-mort! Pas de visite depuis deux heures, même pas pour de faux symptômes: rien! C'était le néant astral, mais en pire, quoi que ce n'était pas vraiment possible. Sur sa chaise, Takeshi s'était avachi, le plus possible, les pieds sur le bureau, croisés, la tête en arrière à scruter le plafond, avec une sucette en bouche. Ah... Les sucettes... Quelle histoire d'amour incroyable: c'était véritablement fusionnel. Il ne pouvait s'en passer. Pour lui, les sucettes, c'étaient comme la cigarette: une vraie dépendance. Il en avait toujours environ une dizaine dans ses poches, en tout temps, au cas où il devrait partir et qu'il ne pourrait revenir avant quelques heures. Il faisait toujours le plein, que ce soit chez lui ou dans son bureau, à l'infirmerie. Là, c'était une sucette à l'orange, qu'il suçotait plus ou moins avec attetion. C'était plutôt un automatisme, en fait. Il soupira et s'étira, avant de finalement se lever, blasé.

Il sortit de l'infirmerie et mit son magnifique petit panneau: "Pas là, essaie encore!", avant de marcher au hasard dans les couloirs, toujours vêtu de sa blouse blanche. Il ne s'en séparait que rarement, pour tout dire, bien habitué à la porter maintenant. Là dessous, une chemise blanche, une cravate rouge et un jean bleu, avec des chaussures de villes: l'élégance alliée à la détente. Les mains dans les poches de sa blouse, il marchait, le dos légèrement recourbé en avant, ajoutant un peu de nonchalence à sa posture. Il finit par passer devant un escalier et il s'arrêta, faisant quelques pas en arrière pour revenir devant celui-ci. C'était écrit "Interdiction aux personnes non-autorisées". Quelle phrase débile! Il afficha un petit sourire en coin et passa: il faisait parti du personnel, après tout, alors il pouvait bien se permettre ça. Il finit par monter, lentement, sans se presser, et finit par arriver sur le toît: logique. Si on monte, on monte, on monte, on monte: on arrive à la limite et dans ce cas précis la limite, c'est le toît. Il respira doucement cet air frais et pas si pur que ça, et scruta le ciel. Cependant, son attention fut bien vite captivée par du bruit non loin: des pieds qui tapent sur quelque chose.

L'infirmier scolaire tourna donc la tête, puis le reste du corps, dans la direction du bruit. Il finit par voir une chevelure blonde, avec une tête et un corps attaché en dessous. Une jeune femme, semblait-il. Même sans la voir, il savait qu'elle était une élève. Du coup, il afficha un large sourire. Elle était en faute, la petite, et il pourrait aisément jouer avec ça. Encore une chose à noter sur la liste de calculateur. Il fit quelques pas en avant et toussota. Semblait-il qu'elle l'avait entendu. Tant mieux! Il aurait trouvé ça vexant qu'elle ne l'entende pas. La jeune femme se retourna et bien vite, il se rendit compte qu'elle était jolie, la petite. Des yeux couleur miel, des cheveux dans les mêmes tons, un visage à croquer, une poitrine assez bien formée, un corps svelte et agréable à l'oeil: pas de quoi rougir pour elle en tout cas. Un rictus apparut au coin de ses lèvres, alors qu'il prenait finalement la parole...


"Je ne pense pas te l'apprendre, mais l'accès est interdit, jeune fille. Tu as environs 15 secondes pour m'expliquer ce que tu fais là, sous peine de quoi j'irai faire un joli rapport. Avec les dossiers médicaux, je pourrai rapidement retrouver ton nom, tu ne penses pas?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misato Komatsu

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 27/10/2010

MessageSujet: Re: Comme un besoin d'air... [PV Takeshi]   Mer 22 Déc - 9:10

Oh non. A peine arrivée dans ce pensionnat que je me retrouvai déjà avec des problèmes...

Je me levai afin de faire face au jeune homme. Il arborait un rictus malveillant. Je levai un sourcil, puis remarquai sa blouse. Il était donc sûrement un infirmier, étant trop jeune pour être professeur. J'écarquillai les yeux. J'avais décidé de jouer ma petite fille toute innocente.


"In...terdit ? Je... Je ne savais pas ! C'est un ami qui m'a dit que, si j'avais du temps libre et un manque d'air, je pouvais aller sur le toit..."


J'espérais que ça allait marcher. Après tout, personne ne pouvait résister à la petite bouille et aux grands yeux larmoyants que je prenais pour faire ma "kawai". Mais l'infirmier ne sembla pas convaincu. Je repris donc une voix plus mature.

"J'ai encore le droit à dix secondes, non ? Très bien. Oui, j'ai vu le panneau interdisant l'accès au toit. Mais j'avais besoin d'air. Je ne suis pas habituée à rester enfermée, j'ai horreur de ça. Je viens d'arriver, c'est mon tout premier pensionnat, et, croyez-moi, ce n'est pas facile du tout. S'il vous plait, faites preuve de compréhension..."


Mes quinze secondes écoulées, je fermai la bouche et attendis la réaction du beau jeune homme en face moi. Son rictus n'avait pas disparu, mais il semblait être en grande réflexion. J'esquissai un sourire, les yeux pétillants de malice. La peur d'être sanctionnée faisait courir plus vite le sang dans mes veines. Je sentais l'adrénaline revenir. Encore et toujours des sensations uniques. Ce sentiment de danger, j'en étais presque indispensable. Il me fallait ma dose. C'était pire qu'une drogue. Je ne pouvais décidément pas m'en passer.

Je levai les yeux vers l'infirmier. Visiblement, il était toujours en train de réfléchir. Je tentai de sonder ses pensées en plongeant mon regard dans ses yeux bleus, en vain. Il ne me laissa pas deviner ses pensées. Je ne pouvais qu'émettre des théories. Pourtant, celles-ci se réduisaient à trois : Me pénaliser ? Ou me laisser partir ? Ou, encore mieux, me permettre de rester ici comme si rien ne l'interdisait ? Je n'avais aucune idée de ce qui se passait dans sa tête, et il m'était impossible de savoir pourquoi il mettait tant de temps à se décider. Enfin, il me regarda, sourire aux lèvres. Il semblait enfin convaincu. Mais... Qu'avait-il décrété ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takeshi Mitsuyama

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 21/10/2010
Age : 26

MessageSujet: Re: Comme un besoin d'air... [PV Takeshi]   Mer 22 Déc - 12:00

Il y avait deux moyens de mettre Takeshi de mauvais poil. Soit on se moquait de lui en lui racontant un mensonge vraiment nul, ou alors enle dérangeant. L'un dans l'autre, le résultat était toujours le même: il devenait désagréable et peu poli. Déjà que d'ordinaire, il ne l'était pas vraiment, mais dans ce genre de situation, ça pouvait s'avérer être pire encore. Là, elle lui disait clairement qu'elle ne savait pas et ça se voyait qu'elle se payait sa tête. De toute manière, elle avait beau être une fille très jolie, tout ça, mais l'infirmier n'était pas dupe, loin de là. Il était du genre à tout calculer et à bien jauger les gens, alors la petite adolscente de passage: elle n'avait aucune chance. Maintenant qu'elle était debout, il pouvait mieux l'observer, mine de rien, et la vue était loin d'être déplaisante. Elle devait avoir environ 16-17 ans, avait la taille moyenne et était... sexy, finalement. Des jambes fines, avec des cuisses attrayantes, des hanches comme il le fallait, une poitrine bien rebondie, et le reste allait avec tout ce qui avait été décrit dans son esprit. S'il n'avait pas été un homme terriblement discret dans ses pensées et dans ses réflexions, il aurait sûrement été en train de se lècher les lèvres pour monter son désir. Oui, elle était désirable et il était bien résolu à s'en approcher un peu, à tâtons.

Elle avait ensuite reprit des explications plus sérieuses et plus claires, déjà. Des excuses, des excuses et encore des excuses, mais à bien y repenser, il était assez d'accord avec elle. Rester enfermé dans une pièce, ou dans un bâtiment, des heures durant, c'était parfois assez pénible pour le corps, mais encore plus pour l'esprit. D'où Takeshi se souciait de son esprit? Il n'en avait rien à faire! Mais pourtant, c'était la pure vérité. Il fallait parfois sortir et il était vrai que le toit était sans doute le meilleur endroit pour prendre l'air, quoi qu'un peu dangereux. Alors que la jeune femme, dont il ne connaissait toujours pas le nom, venait de terminé son explication, il nota chez elle une expression pour le moins étrange sur son visage. Elle souriait et avait les yeux qui affichaient une lueur bien contradictoire avec les sanctions qu'elle risquait. Elle semblait... prendre son pied. Etrange... Il pencha légèrement la tête et la considéra encore un moment, trouvant cette jeune femme bien plus intéressante qu'elle ne pouvait l'être aux premiers abords et finit par redresser la tête, pour s'exclamer, haussant les épaules, l'air blasé...


"De toute façon, je suis infirmier scolaire moi, pas surveillant, alors que tu sois là, avec ou sans permission, ça ne me regarde pas."

Derrière-lui, la porte des escaliers s'était lentement refermée, les laissant ainsi seuls, sur cet étage qui n'en était pas un, sur le toît de ce bâtiment. Takeshi n'avait aucune idée de ce qui allait se passer, d'autant plus que même s'il était doué pour jauger les gens, leurs réactions étaient toutes imprévisibles et il ne savait pas comment les prévoir. Donc, de ce fait, tout et rien pouvait se passer à la fois. Néanmoins, les mains toujours dans les poches de sa blouse, il finit par faire quelques pas dans la direction de la jeune femme, un petit sourire aux coins des lèvres. Il avait décidé de ne pas jouer sur l'éventuelle punition, mais il pourrait toujours jouer sur autre chose. Cependant, l'autre chose, il devait y mettre un nom, le trouver, tout simplement. N'ayant plus de quoi suçoter, il finit par sortir sa main droite de sa poche et la porta à sa bouche, pour lancer le batonnet par dessus bord, et alla chercher une sucette dans sa poche de pantalon. Non... Un petit sourire s'étira sur ses lèvres et il en prit deux. Il allait l'amadouer un peu, la jolie blonde. Qui n'aimait pas les sucettes? Il s'approcha encore un peu et en tendit une, la regardant doucement, jouant son rôle à la perfection...

"Sucette?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misato Komatsu

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 27/10/2010

MessageSujet: Re: Comme un besoin d'air... [PV Takeshi]   Mer 22 Déc - 14:19

Mon plan avait fonctionné. Mais, à ma déception, l'adrénaline retomba. J'affichai une petite moue, quand l'infirmier me proposa... une sucette ? Je lui lançai un regard méfiant.

"Qui me dit qu'il n'y a rien... d'illicite dedans ?"


La tension refit surface. Je recommençai à me sentir bien, car une petite voix me chuchotait d'accepter la sucette. Or, j'étais consciente qu'elle pourrait contenir quelque frauduleuse substance. Ce qui augmentait mon stress, et donc mon bien-être. Je tendis une main vers la sucrerie, sourcil levé. Puis, mes longs doigts fins s'enroulèrent autour du bâtonnet et je la saisis, avant d'en enlever le papier pour la porter à ma bouche. Ah ce que j'aimais les risques ! Je sentis la boule sucrée se poser doucement sur ma langue, et j'en appréciai immédiatement l'arôme. Je fermai la bouche et avalai. Rien ne se produisit, si ce n'est le fait que je dégustai la délicatesse de la friandise. Le risque était malheureusement vite passé. Trop vite à mon goût.

Je me tournai aussitôt vers le muret. Mes lèvres s'étirèrent en un grand sourire, dévoilant mes dents blanches et alignées qui coinçaient le bâtonnet. Je sautai sur le parapet, écartant gracieusement les bras, en signe de liberté. Je fermai automatiquement les yeux et me mis à avancer d'un pas léger, avant de me rappeler que je n'étais pas seule. Je me stoppai aussitôt, et me tournai vers l'infirmier. Il me regardait, yeux écarquillés. J'esquissai un sourire et sautai, balançant les deux jambes devant moi, pour ensuite poser mes mains sur le muret. J'atterris alors, tout simplement assise sur le muretin, et regardai le jeune homme devant moi. Mes lèvres toujours étirées en un sourire satisfait, je suçais tranquillement la sucrerie.


[Désolée c'est vraiment très court ><]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takeshi Mitsuyama

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 21/10/2010
Age : 26

MessageSujet: Re: Comme un besoin d'air... [PV Takeshi]   Mer 22 Déc - 16:12

Comme s'il avait besoin de ça... Même si c'était pour endormir une jeune fille, Takeshi n'avait pas besoin de les droguer à l'aide de sucettes pour le faire: il n'avait qu'à utiliser son touché de Morphée et c'était réglé en un tour de main. Ainsi, il lui était aisé de profiter d'une personne pendant son sommeil mais ça, jamais encore il ne l'avait fait et il ne comptait pas le faire. Même s'il avait envie d'une femme, il savait très bien que la chose était bien meilleure lorsqu'elle était conscentante et en général, il arrivait à faire en sorte qu'elle le soit. Après tout, le calculateur qu'il était savait comment jouer de son charme et comment faire pour mettre une femme dans de bonnes dispositions. Du coup, la phrase de la jeune femme n'avait pas vraiment de sens à ses oreilles.

Néanmoins, elle l'avait prise et l'avait mise dans sa bouche, sans même lui laisser le temps de répliquer. A quoi bon demander s'il y avait quelque chose d'illicite dedans si elle la prenait de suite. Elle avait un problème, ou c'était juste qu'elle était suicidaire? Qui sait. Elle semblait même déçue de constater que la sucette était normale. Il eut un petit haussement d'épaules et continua de la regarder, alors qu'il venait de mettre sa nouvelle sucette dans sa bouche et que sa main était retournée dans sa poche de blouse. C'est alors que l'infirmier vit la demoiselle monter sur le rebord du toît pour s'amuser à jouer les équilibriste. D'accord, elle était suicidaire, c'était sûr désormais. Elle remarqua bien vite son expression lorsqu'elle se retourna et finit par s'asseoir sur le muret, silencieuse.

Maintenant, il pouvait tâter un peu le terrain. Elle semblait aimer le risque et les sensations fortes? Alors fricoter avec un membre du personnel devait être dans ses cordes. Les mains dans les poches, il finit par les sortir et il se pencha vers elle, les posant sur le rebord et approcha son visage du sien pour la regarder de plus près, un fin sourire aux lèvres. Il finit par lever sa main droite et vint chercher sa sucette, reposant ensuite sa main sur le muret, et se lècha les lèvres...


"Dis-moi, pourquoi penses-tu que je voudrais mettre de la drogue dans une sucette? Pour profiter de toi? Tu n'as pas l'air du genre naïve, alors ça serait idiot de ma part, non? Et entre nous, je ne pense pas que j'en ai besoin pour ça..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misato Komatsu

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 27/10/2010

MessageSujet: Re: Comme un besoin d'air... [PV Takeshi]   Sam 25 Déc - 17:43

Je me figeai. Profiter de moi ? Il… Non… Il n’allait pas… Shôji… Je ravalai mes larmes. Ne jamais montrer ses sentiments. Ne jamais céder. Se créer une façade montrant que tout va bien, qu’il n’y a aucun problème. Telle était ma devise. Mais là, j’avais du mal à la mettre en application. Ce qui ne se produisait généralement jamais. Le fait de ne pas réussir à me renfermer ne fit que m’enfoncer encore plus. Troublée, je levai des yeux vides vers l’infirmier, avant de dire d’une voix tremblante, secouée par des sanglots silencieux :

"Vous… Que voulez-vous dire par là … ?"


Je me concentrai afin de me contenir. Non, pas trop de concentration… Il ne fallait pas que je me transforme, je n’étais pas seule. L’infirmier était-il un S, lui aussi ? Je n’en avais pas la moindre idée, mais je voulais savoir. Alors, je chuchotai :

"Êtes-vous… Un S ?"


Je regrettai aussitôt ma question. S’il n’en était pas un, je venais de faire une petite bêtise. Quelle idiote j’étais ! Quoique, je savais bien jouer la comédie, et vu mon petit numéro d’équilibriste de tout à l’heure, il devait déjà me prendre pour une cinglée. Point fort pour moi, au cas où il ne comprendrait pas ma question. Je pouvais très bien faire la folle dingue qui se parle à elle-même. Après tout, le domaine de la comédie, ça me connaissait. Ou encore, je pourrais lui faire oublier mon interrogation en jouant les aguicheuses, pour ensuite m’enfuir. Mais cette dernière solution semblait irréalisable, à cause de mon bouleversement. Je respirai un bon coup, fermai les yeux, avant de les rouvrir et de regarder mon interlocuteur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comme un besoin d'air... [PV Takeshi]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comme un besoin d'air... [PV Takeshi]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» BESOIN D'AIDE POUR UN SAUVETAGE DE 21 CHIENS DE CEUTA
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Yoru :: Le Pensionnat :: Le toit-
Sauter vers: