Pensionnat Yoru


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 .: Et si on essayait de se parler un peu ? :.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
James E. Wilson

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 06/09/2010

MessageSujet: .: Et si on essayait de se parler un peu ? :.   Dim 26 Déc - 23:44

[Ce RP se situe devant l'enceinte de l'établissement]

J'allumais ma cigarette, encore tout chamboulé par ce que le garçon m'avait révélé il y a quelques heures, comment croire qu'il avait vécu une telle chose ?
Je m'en voulais de m'être énervé contre lui, encore une fois j'avais choisi la solution de facilité, j'avais été surpris, et j'étais plus en colère contre moi-même de n'avoir rien vu et rien compris, que contre lui de ne m'avoir rien dit. Après tout, il fallait bien que lui aussi ait un secret inavouable... Je soupirais, un volute de fumée s'échappa de ma bouche, comme un reflet de mes pensées qui devenaient de plus en plus brumeuses...

~~~

Je regardais le jeune homme partir après l'avoir salué une dernière fois, absorbé par mes pensées alors que sa silhouette disparaissait à un des carrefours. Je poussais un soupir alors qu'un élève me demandait où était la salle du cours d'histoire. Je lui montrais la salle d'un air las, avant de me reprendre et de lui dire que j'allais l'accompagner.
Dix mètres plus loin, je frappais à la porte d'un collègue, lui présentant l'élève et lui priant de ne pas le punir pour son retard car il était nouveau. L'élève me remercia d'un sourire, le professeur hocha la tête et je fermais la porte derrière moi. Je repassais devant ma salle de classe, j'effleurai la porte de mes doigts avant de repartir vers la salle des professeurs, j'avais perdu cette bataille, mais il était maintenant trop tard pour changer quoique ce soit. Je ne pouvais pas revenir en arrière, mais je pouvais m'améliorer pour que ce genre de chose n'arrive plus jamais.

Je ne pensais pas que ce genre de problèmes puisse arriver.... De toutes les classes que j'avais eu, pendant les stages et les divers examens, rien de tel n'était jamais arrivé, personne ne m'avait tenu tête de cette façon, quoiqu'en France, j'aurais pu le comprendre... Et dire que l'on m'avait toujours dit et répété que les japonais étaient les plus polis, j'avais bien du mal à le croire, mais c'était sûrement de ma seule et unique faute.
Je me mordillais doucement le doigt de ma main droite, assis dans la salle des professeurs, alors que mon autre main faisait habilement tourner un stylo argenté, offert par mon père pour l'un de mes nombreux anniversaires. Sur le côté, l'écriture latine « Carpe Diem » était lisible, ainsi que les initiales de mon père. C'était idiot. Il avait l'habitude de mettre son nom partout, disant qu'ainsi on se souviendrait plus facilement de lui. Seulement, je n'avais nullement besoin de cela pour me rappeler de lui, c'était tout de même mon père, ce genre de personne, c'était quand même difficile à oublier, puisqu'il existait forcément.
Le stylo m'échappa et tomba au sol lourdement. Je me précipitais pour le prendre, il n'était heureusement pas cassé. J'eus un soupir de soulagement, alors que mon regard se posait sur la gravure. Profiter de l'instant présent... Ce n'était pas chose facile lorsque ce présent ne nous plaisait pas. Je posais le stylo, persuadé que si je le reprenais, je le ferais tomber à nouveau, et je ne souhaitais pas le casser... C'était un souvenir de mon père, après tout.

Je passai ainsi mon peu de temps à simplement penser, réfléchir, ne rien faire... C'était le plus important, car ça me permettait de faire le point et de ne pas oublier, de ne jamais rien oublier.
La sonnerie retentit, je me levai calmement et repris ma mallette. Un coup d'œil dans un miroir bien placé, je rajustais mes cheveux avant de sortir, ma journée était loin d'être finie.

~~~

Et tout s'était bien passé, étrangement. Je n'avais eu aucun problème pour les autres cours, j'avais été accueilli avec méfiance et sympathie mêlés, chose banale et normale. Je leur avais souris, je leur avais raconté des blagues et des choses idiotes, puis je redevenais sérieux quand il le fallait, j'étais un vrai professeur tout ce temps. J'étais comme une machine.

Et j'étais fier de pouvoir affirmer que ma mission première de la journée avait été réussie. La seconde, elle avançait avec un maigre sourire vers moi. Je sortais ma boîte ronde et écrasais le reste de ma cigarette à l'intérieur avant de me lancer.


« Tu as passé une bonne journée ? »


Moi, j'avais réellement l'impression d'en avoir vécu plusieurs en une seule...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: .: Et si on essayait de se parler un peu ? :.   Lun 27 Déc - 16:14

J’avais quitté James un peu plus loin dans le couloir. Je savais que je n’aurais pas dû le lui dire ainsi… Je ne suis qu’un imbécile… Bon, ce n’est pas nouveau mais je l’avais été un peu plus… Je soupirai, quel idée aussi de balancer ça dans un devoir ? Je savais que j’étais beaucoup plus à étais beaucoup plus à l’aise à l’écrit qu’à l’oral mais ce n’était pas une raison… Il m’avait confié sa vie à plusieurs reprises et jamais je ne lui avais réellement confié la mienne… Ce… Cette étape de mon existence n’était pas celle que j’appréciais le plus, au contraire…

Après l’avoir quitté, je m’étais rendu dans un autre de mes cours. Littérature japonaise. Tout ce que j’aimais… J’écoutais attentivement mon professeur tout en notant deux trois idées qui me venait pour mon histoire. Il fallait que je pense a informé Freya de l’évolution de celle-ci… Après tout, elle était une partie de mon inspiration, celle du calme et de la bonne humeur. L’autre partie n’était autre que Naho. Dynamique, enjouée et belle. Enfin, le mélange des deux donnait naissance à Eri, mon personnage féminin principal.

Mon premier cours se passa un peu plus calmement que le précédent, j’en voulais à Jaron d’avoir gâché le cours de James, je ne savais pas comment mais je ne voulais pas qu’il se sente mal par rapport à ça… James hein, pas Jaron. Lui… à vrai dire je m’e fous complétement. Il ne m’a jamais parlé et vice versa et ça allait très bien comme ça… Maintenant j’ai qu’une envie c’est d’aller lui coller un pain dans la tronche… Et pourtant je suis pacifiste… Mais ça lui remettrais les idées en place un peu, il veut du respect ? Qu’il commence par respecter les autres. Non mais !

Ça y est, j’avais fini les cours. Je sortais dans la cours et levait les yeux au ciel. Il fait déjà nuit et la lune était déjà haute dans le ciel. Je soupirai, je n’avais pas vu l’heure passé et mon prof de français non plus. On avait un peu débordé. Je me rappelais que James voulais qu’on rentre ensemble… J’espérais qu’il ne m’est pas attendu longtemps.

Je levais les yeux au ciel. Entre temps, j’avais vu Gojyô… Je l’aime, c’est indéniable, mais j’ai l’impression qu’on s’essouffle… On ne parle plus, on ne sort plus… On fait l’amour et on se chamaille mais ça n’allait jamais plus loin… Ça m’embêtais, j’avais envie de partager plus qu’un lit avec lui… Je baissais la tête pour me reconcentrer sur ma marche et arrivait rapidement au portail du pensionnat.

James était là, la clope au bec. Je fis la moue et m’avançait vers lui. J’avais un fin sourire sur les lèvres. J’étais contente de le voir mais j’avais peur de ce qui allait s’en suivre… Je n’aimais vraiment pas parler de moi, de mes problèmes, de mes soucis… je n’aimais pas embêter les autres avec ça… surtout que ce n’était pas important, je préférais mille fois plus les aider que les laisser m’aider…

J’arrivais devais lui et il éteignit sa cigarette.

« Tu as passé une bonne journée ? »

Une bonne journée ? Elle n’était pas catastrophique mais elle n’avait pas été la meilleure de ma vie. Je lui lançais un sourire qui se voulait rassurant :

« Oui assez, et toi ? »

Je préférais qu’il me parle de lui. De sa vie. De ses soucis et tracas. Plutôt que de l’endormir avec les miens. Je levais les yeux vers le ciel et sourit doucement.

« Il fait beau. Que faisons-nous ? »
Revenir en haut Aller en bas
James E. Wilson

avatar

Messages : 252
Date d'inscription : 06/09/2010

MessageSujet: Re: .: Et si on essayait de se parler un peu ? :.   Mer 29 Déc - 13:44

Je souris au jeune homme qui arrivait vers moi, c'était probablement mon seul ami ici, peu importait son âge ou sa position, c'était une chose dont je me fichais royalement, il était assez âgé et expérimenté pour comprendre le nécessaire. Et le nécessaire, c'était que je serais là pour lui, aussi bien qu'il avait été et qu'il serait là pour moi. En éteignant ma cigarette, je me dis qu'il était facile de se détruire, de laisser notre vie nous échapper. Pour Eichi, toute cette histoire était peut- du passé, et je ne pouvais pas lui demander de m'en dire plus s'il n'en avait pas envie ou s'il ne me faisait pas confiance, mais j'avais tout de même besoin de passer cette soirée avec lui, parce que j'étais son ami.

Je lui demandais s'il avait passé une bonne journée, c'était la première chose qui m'était venu à l'esprit, il me répondit quasiment du tac au tac. C'était bien son genre... Je ne répondis rien, hochant simplement la tête pour dire que cela avait été pour moi aussi. De toute façon, le temps que j'aurais mis pour répondre, il m'aurait coupé la parole... Je pris un instant pour réfléchir à ce que j'allais dire, mais c'est alors que le garçon me demanda ce que nous allions faire. Je fus assez surpris d'entendre ça, je ne m'y attendais pas franchement, puisque nous avions décidé d'aller chez moi...
Je réfléchis alors quelques instants, avant de trouver quoi faire.


« Eh bien nous allons profiter de ta majorité. J'ai déjà prévenu l'établissement que tu seras rentré pour le couvre-feu. Suis-moi. »

J'agrippais ma mallette pour partir, lançant à nouveau un sourire vers Eichi. J'avais simplement prévu d'aller louer un film, le reste c'était encore plus simple, j'avais de quoi vivre pendant des semaines. Je voulais bien sûr avant tout que Eichi me parle de lui, mais je savais qu'en plus il avait quelque chose à me demander... Quoiqu'il en soit, je voulais d'abord le mettre à l'aise, sinon mon jeune ami ne me révélerait rien du tout.

« Je suis désolé de m'être énervé tout à l'heure... J'ai complètement perdu le contrôle, je n'ai pas les nerfs pour ce genre de situation il semblerait... »

Je me souvins alors de ce que m'avait dit ma mère, que je serais un excellent professeur grâce à mon calme et ma ténacité, mais au final, je n'avais vraiment pas été brillant, je m'étais montré réellement faible, j'avais intérêt à mon montrer réellement plus professionnel la prochaine fois. J'en étais capable, je le savais. Je n'avais qu'à retrouver cette partie de moi, mais je ne savais pas si j'y arriverais un jour, cela me semblait si loin à présent...

Le problème était surtout que j'avais du mal à savoir ce que je voulais vraiment, du neuf ou du vieux ? Vivre seul ou accompagné ? Ne pas m'épancher ou révéler tous mes problèmes et mes pensées pour enfin me sentir libéré ? Ou tout simplement vivre ma vie au jour le jour et arrêter de bloquer sur ce genre de choses. Je poussais un léger soupir.


« C'était notre but à tous les deux, devenir professeur. Elle voulait être institutrice mais faire quelques heures dans le secondaire... Moi je voulais avoir un peu d'expérience puis passer un doctorat pour enseigner à l'université. Nous avions réussi, elle avait atteint son but et moi aussi, en partie du moins. Puis elle est morte. »

Je levais mes yeux au ciel bleu... Je n'avais même pas pu lui dire au revoir, la serrer dans mes bras... Je n'avais pas vu son corps sans âme. On m'avait simplement tout expliqué lorsque j'étais sorti du coma. C'est pour cela que j'avais toujours cherché à la remplacer, pour essayer de lui dire adieu, pour avoir cette impression. Je n'étais pas croyant, mais si on m'offrait après la mort, une place où la rejoindre, j'irais la voir, même accompagné de Naho ou une autre personne. Juste pour lui parler à nouveau et lui demander de me pardonner.


« C'était un sentiment terrible, j'avais réussi. Mon but était atteint, mais j'avais perdu la raison de ce but. Je n'avais plus que ça. Une réussite, mais plus personne avec qui la partager. Alors je suis resté seul, parce que je me croyais seul. »

Je continuais à marcher tout en parlant, je ne parlais pas très fort, je délivrais ces paroles d'une voix morne, juste assez forte pour que Eichi l'entende.

« Mais mon père m'a sauvé, il m'a montré qu'il y avait quelqu'un qui était là pour moi, malgré tout. C'est pour ça... Je voudrais que tu saches, si un jour tu te retrouves comme ça, seul, que tu penses qu'on ferait mieux de te laisser pourrir plutôt que de venir te sauver... Eh bien tu sauras qu'il existe des gens qui tiennent à toi et qui feraient tout pour te sortir la tête de l'eau. C'est ce sentiment seul qui m'a donné le courage de recommencer à vivre. »

Je relevais légèrement la tête, observant le jeune homme avec l'espoir qu'il comprenne où je voulais en venir.

« Tu sais, je me fiche de ton passé car je ne garde en tête que le présent, c'est ça qui compte pour moi, pas qui tu étais avant mais qui tu es maintenant. Ça ne m'empêche pas de vouloir en savoir plus sur toi, seulement je pense que ce n'est simplement pas le plus important, alors n'aie pas peur de te livrer à moi. Quoiqu'il arrive, nous sommes amis et dans ma position, je pense être apte à tout comprendre, même le pire. »

Je lui souris en un soupir puis, détournant la tête, avisai la vidéothèque dans laquelle je pensais louer un dvd. Je changeais ainsi de discours rapidement, ne voulant pas non plus étouffer le jeune homme avec tout ça...

« J'avais prévu de louer un film, je n'y connais vraiment pas grand chose en cinéma japonais, tu aurais pu m'éclairer... »

J'espérais qu'il était d'assez bonne humeur pour se prêter à l'exercice. J'avais cette fin d'après-midi et le début de soiré pour apprendre à le connaître, le vrai Eichi. Je comptais bien réussir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: .: Et si on essayait de se parler un peu ? :.   

Revenir en haut Aller en bas
 
.: Et si on essayait de se parler un peu ? :.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des radios communautaires pour parler d’environnement
» Orthographe et parler jeun's
» Se parler à soi-même...?
» [Terminé] Une soudaine envie de parler. (PV Elena. A Armstrong)
» « Te parler du bon temps, qu'est mort & je m'en fous ♥ »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Yoru :: A l'extérieur du pensionnat :: Les habitations :: L'appartement de James E. Wilson-
Sauter vers: